Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

Geekin’ Moris : pour la visibilité, le respect et le partage des geeks locaux

Avec son équipe de connaisseurs, Cédric Sookahet veut créer un espace de rassemblement et de rendez-vous pour les passionnés.

Podcasts, interviews, news et, dans le futur, des événements. Voici un projet qui veut faire sortir de l’ombre et rassembler tous les passionnés de cinéma, séries, comics, jeux vidéo, livres, mangas, figurines, entre autres, à Maurice. La tête pensante de ce projet fort sympathique, Cédric Sookahet, Graphic Designer de 28 ans, nous en dit plus sur ce que vous pourrez découvrir sur les réseaux sociaux et sur geekinmoris.com.

Les débuts : «Tout est parti d’un désir de rassembler les geeks d’ici et de changer cette image que le grand public peut avoir de nous. Souvent, quand on évoque le mot ‘‘geek’’, on a en tête ce cliché d’un pauvre gars toujours devant son écran et qui ne fait pas grand-chose de sa vie. Or, selon moi, un geek, c’est quelqu’un de passionné et qui s’y connaît dans le domaine qu’il aime ; qu’il s’agisse des livres, films, jeux vidéo, etc. Je me suis dit qu’il fallait commencer quelque part. J’ai tout d’abord choisi le nom Geekin’ car c’était le nom d’un group chat sur Facebook, dans lequel j’étais, et j’ai ajouté Moris par la suite. Il fallait trouver des concepts, simples et évidents : site Web, vidéos, interviews, podcasts et, bien sûr, des bons geeks pour lancer le tout. Notre podcast, dont deux épisodes ont déjà été diffusés, inclut Nicolas Chinnapen, qui parle de cinéma et séries, et qui contribue énormément au site Web, Ben Buchoo, qui se spécialise dans tout ce qui est culture geek en Asie, Stephan Rock, qui parle surtout de la culture geek d’antan, et Aldo Figaro, notre monsieur jeu vidéo. Il fallait ensuite trouver un lieu pour enregistrer tout ça et je remercie mes amis de Panda & Wolf, notamment Brian Dean, notre premier collaborateur, lui aussi très geek, qui a bien voulu concrétiser nos podcasts dans ses locaux. Et voilà comment Geekin’ Moris a été lancé !» 

 

En ce moment : «Il y a eu du chemin parcouru ! Notre site Web, geekinmoris.com, réunit toutes les news et vidéos, avec aussi des liens vers nos podcasts sur YouTube. Dans le futur, vous trouverez aussi nos fichiers vidéo et audio sur le site où ils seront embedded. Nous avons initié plusieurs interviews (Ndlr : à l’heure où nous mettions sous presse, il y avait une vidéo avec les fans de Harry Potter et une autre sur les jeux vidéo avec Brian Dean) et nous avons, pour le moment, deux podcasts que vous pouvez suivre sur notre chaîne YouTube, sans oublier nos pages Instagram et Facebook.» 

 

Le futur : «Les choses avancent vite. On a des nouveaux concepts d’interviews qui arrivent, nous allons peaufiner le matériel et je me suis fixé comme objectif de faire au moins un événement, genre rassemblement geek, avant la fin de l’année. C’est pour cela que l’on va inclure bientôt des abonnements membres, gratuits, sur le site, et encourager de plus en plus le public à subscribe à notre chaîne YouTube pour avoir une bonne base de données de nos followers. Mais tout va dépendre de l’évolution de la situation sanitaire. En fonction, nous verrons si nous pourrons faire des rassemblements plus conséquents en fin d’année.»