Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

FoodWise et Lumière d’Espérance : une collaboration qui réchauffe les cœurs

Richemond Bigaignon est heureux de pouvoir compter sur le soutien de FoodWise.

Aller plus loin pour lutter contre le gaspillage alimentaire et venir en aide à ceux qui n’ont pas toujours de quoi remplir leur assiette. C’est le pari de FoodWise et de l’association Lumière d’Espérance, qui ont commencé un nouveau projet ensemble. 

Savoir qu’on aura, le soir venu, un repas chaud et dormir sans avoir le ventre vide, c’est une pensée qui procure un sentiment de bonheur et de satisfaction à de nombreuses personnes. Bien que nous soyons en 2021, la pauvreté, exacerbée par la crise de la Covid-19, plonge bien des familles dans la détresse et le désespoir. Pour apporter soutien et donner un tant soit peu de soulagement en ces temps difficiles, l’association Lumière d’Espérance et FoodWise, qui travaillent ensemble depuis environ un an, offriront, grâce à l’aide de partenaires, des repas chauds chaque mercredi, toutes les deux semaines. Ils sont environ 200 sans domicile fixe et familles en difficulté à bénéficier de cette aide.

 

Pourtant, au départ, comme l’explique Richemond Bigaignon, secrétaire de Lumière d’Espérance, la vocation première de l’association était d’offrir un repas chaud aux SDF de la région de Beau-Bassin et d’assister les enfants, issus de milieux vulnérables, dans leur parcours scolaire en leur fournissant du matériel scolaire. «C’est notre ami et membre du groupe, Jean Pascal Labonte, qui a eu l’idée de former un groupe pour offrir un repas chaud aux SDF de Beau-Bassin. Au départ, les repas étaient servis à table, à la salle d’œuvre de Robert Jauffret. Cependant, avec la crise sanitaire, nous avons dû aussi accueillir des familles qui n’arrivent pas à s’en sortir. Nous avons alors changé de stratégie», explique-t-il.

 

Si durant le premier confinement, en 2020, l’association a réussi, grâce à l’apport de FoodWise, organisation qui lutte contre le gaspillage et l’insécurité alimentaire, et de Caritas, à distribuer plus de 500 packs de survie, pour le dernier lockdown, Richemond Bigaignon et son équipe étaient au front pour offrir des repas chauds quotidiennement à ceux qui n’avaient rien à se mettre sous la dent.

 

Impact social

 

Une réalisation rendue possible grâce à la collaboration avec FoodWise qui permet la transmission et l’acheminement des dons vers l’association. Ensemble, ils vont donc plus loin avec un deuxième jour de distribution de repas. «Le travail qu’ils font est remarquable et bien organisé, c’est un plaisir de travailler avec eux ! Depuis le confinement et la hausse des prix, de plus en plus de SDF et de familles se sont retrouvés dans des situations difficiles. Lumière d’Espérance nous a communiqué son souhait d’offrir un deuxième repas par semaine à ces personnes mais cela était impossible, faute de dons alimentaires suffisants», lance Rebecca Espitalier-Noël, responsable de FoodWise.

 

Cependant, une opportunité s’est présentée, rendant possible ce projet qui s’étalera sur une période de huit mois. «Au même moment, Jumbo nous a fait part que son nouveau fournisseur et partenaire, Notylé (frites surgelées produites localement), avait un gros stock de frites qui ne pouvaient être commercialisées. En cette période hivernale, l’idée de faire des repas chauds a tout de suite conquis Jumbo qui s’est empressé de contacter son partenaire Innodis pour compléter le repas avec du poulet.» Pour Rebecca Espitalier-Noël, pouvoir compter sur de tels partenaires est essentiel pour mener à bien des projets de ce genre : «Nous sommes uniquement ce chef d’orchestre qui trouve des opportunités avec différents partenaires et les rassemble pour créer une belle chanson. Tout le monde sort gagnant. Les partenaires zéro gaspillage comme Notylé et Jumbo parviennent à sauver des tonnes de produits qui ne sont pas commercialisables et ont ainsi un impact social et environnemental énorme sur la société.»

 

Selon elle, cette distribution de poulet et frites grâce à la collaboration de plusieurs partenaires est une parfaite illustration du «less is more», concept important chez FoodWise. «Cet engagement est important car il a un impact immense et répond directement à notre mission qui est de “save food to empower people and protect our planet”. Notre but, en mettant en l’avant des projets comme ceux-ci, est d’inspirer d’autres entreprises à faire de même. Comme nous disent nos partenaires, c’est une façon tellement simple, sécurisée et efficiente d’avoir un impact environnemental et social.»

 

Selon la responsable de FoodWise, cela permet aussi de montrer aux entreprises que le gaspillage alimentaire n’est pas toujours une chose qu’on peut contrôler. «Par contre, souligne Rebecca Espitalier-Noël, ce qui est une honte, c’est de jeter des produits qui ne sont plus commercialisables mais encore consommables. Avec peu, on arrive à faire plus. Comme on aime si bien le dire : “Nou tou FoodWise” ! Grâce à l’implication de nos compagnies donatrices de nourriture et de nos ONG, nous pouvons accomplir beaucoup ensemble !»

 

Pour sa part, Richemond Bigaignon est convaincu d’une chose : offrir un repas chaud à ceux qui sont dans le besoin est un geste qui a toute son importance, principalement en cette période plus que jamais compliquée et incertaine pour de nombreux Mauriciens. «Avec la pandémie qui sévit actuellement, le nombre de bénéficiaires a considérablement augmenté. L’idée d’offrir un deuxième repas hebdomadaire, sur une base régulière, apporte bien plus de réconfort qu’on pourrait penser.» Voilà qui est dit !