• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Fire Emblem : Three Houses | Un prof s’en va-t-en-guerre

La franchise de Tactical Role Playing Game remet le couvert, cette fois sur Switch. Et c'est une première ! Voilà une raison d'acquérir la dernière console de Nintendo. 

C'est quoi le topo ?

 

Comme tous les Fire Emblem (sur Wii, 3DS et Super Nintendo, depuis le premier jeu en 1990 sur le NES), le monde est en guerre. Vous serez le prof d’un monastère dans l'une des trois nations (maisons) et vous devrez former une armée de la meilleure façon possible : sur le champ de bataille mais aussi en ce qui concerne les relations entre les membres, avec de l'amitié et de la romance à la clé pour influencer les statistiques durant les batailles.

En tant que prof d’une des maisons (vous pourrez essayer les trois par la suite, qui proposent chacune des branchements de scénarios, différents, ce qui apportent des différences à chaque campagne d'une maison), votre devoir est grand, avec une foule de possibilités, de personnages à découvrir et de combats de plus en plus épiques à mener.

 

Ça se présente comment ?

 

Il s'agit toujours de mener des combats stratégiques au tour par tour, avec des mouvements sur des cases. De la réflexion, des tactiques, des combinaisons… Les choix sont toujours multiples dans un Fire Emblem (espace, remonter dans le temps, relief, etc.) et ce n’est pas ce volet qui va changer la donne.

 

Bien sûr, plusieurs unités (épées, flèches, artilleries, entre autres) et classes de personnages sont sur le terrain sous forme de bataillons. Et il y a pas mal à faire sur ce terrain pour gagner la bataille parce que, du côté de l'ennemi, on ne va pas vous faire de cadeaux !

 

Sont donc présents : des upgrades, des niveaux à monter, des armes à acquérir, de bonnes combinaisons d'armes et d'items à trouver et pas mal de personnages héroïques que vous allez chérir, gagner ou perdre sur le battlefield, tout au long des 80 heures de jeu qui devraient vous occuper. Vous aurez d'ailleurs à les former et à les gérer dans le monastère, loin des champs de bataille, via une exploration en vue à la troisième personne, où vous allez créer autant que possible de bonnes relations.

 

Ça se joue bien ? 

 

L'accessibilité est le maître mot. Et compte tenu de tout ce qu'il y aura à faire dans le jeu, c'est une bonne chose, avec une interface claire, précise, jolie, qui n’oublie pas le dynamisme et le fun des batailles. L’ergonomie est aussi au rendez-vous, avec des menus clairs. Bref, on maîtrise tout ça avec un petit temps d'adaptation, une belle qualité en soi ! Et du coup, on prend énormément de plaisir à batailler, à upgrade, bref à vivre un Fire Emblem comme il se doit.

 

C'est joli ?

 

Plutôt pas mal oui ! Si vous êtes fan d'animation japonaise et de mangas, vous allez adorer regarder bouger ce Fire Emblem boosté par la Switch de Nintendo. Il n'y a qu'à voir les animations après vos manipulations pour voir tout le soin apporté au visuel souvent spectaculaire de l'ensemble. Les fans de la série ne seront pas non plus dépaysés par cette patte visuelle qui s'inscrit dans la continuité. Les yeux seront ravis ! 

 

Et au final ?

 

On a tout ce qu’on pourrait attendre d’un bon Fire Emblem, voire plus : personnages à gérer, combats au tour par tour dynamiques, upgrades à gogo, le tout de façon claire, accessible, fun ! Bref, c’est du tout bon !