• La vie de... fashionista d’Amanda
  • La PS5 rend impatient
  • Tennis de table - formation : ouverture d’une école à Port-Louis
  • Pétanque – Championnat national doublette mixte : Wong et Sookharry conservent leur titre
  • 15 ans du Collectif Arc-en-Ciel : Mon meilleur souvenir autour d’une Marche des Fiertés
  • Le «kombucha» : à adopter ou à éviter ?
  • Techno - Huawei Y8P : joli et pas cher
  • Huawei Matebook : salut les (petits) musclés !
  • Un million de repas redistribués : réduire l’insécurité alimentaire, le pari de FoodWise
  • Anil Digumber : la Case 75, une histoire de cœur

Essais cliniques sur des produits : dans les coulisses du CIDP

Pionnier dans le domaine de la recherche et du développement cosmétique et pharmaceutique à Maurice, le Centre International de Développement Pharmaceutique (CIDP) offre une large palette de services. Le plus connu à Maurice est celui de la recherche clinique avant la mise en vente d’un produit cosmétique sur le marché mondial et local. Comment cela se fait-il ? Incursion dans les locaux du CIDP.

11 heures. Nous arrivons au Centre International de Développement Pharmaceutique (CIDP), situé à Biopark Mauritius, Phoenix. L’accueil est chaleureux. Le protocole sanitaire respecté. Notre guide du jour, Vandana Mungroo-Beechoo, la Head of Global Operations du centre, explique que c’est toujours le cas. «L’accueil est une étape-clé pour les volontaires car c’est le premier contact pour eux quand ils arrivent chez nous. Ça permet de les mettre à l’aise et en confiance. C’est primordial», explique-t-elle. Une salle d’attente colorée et confortable jouxtant l’accueil les attend. Ils peuvent s’y installer avant de se lancer dans cette aventure riche en découvertes où ils seront appelés à tester des produits avant commercialisation. Une fois toute la paperasse remplie, direction le cabinet de dermatologie.

 

Là, c’est la dermatologue Gitanjali Petkar qui accueille le volontaire. Elle procède à une série de vérifications et elle analyse sa peau pour s’assurer qu’elle répond aux critères de l’étude en cours. «La dermatologue se réfère à une base de données qui regroupe toutes les particularités de la peau. C’est-à-dire, les rides, les taches, les boutons, entre autres, et elle les compare avec la peau de la personne qui veut participer à l’étude. Ainsi, elle sait si cette dernière est éligible ou pas», explique Vandana Mungroo-Beechoo. Une fois la consultation terminée, c’est chez le Dr Geerish Sookloll, Clinical Trial Manager/Investigator, que ça se passe. Au programme ; une étude colorimétrique. «Cela aide à déterminer la couleur de la peau. Nous le faisons avant l’application du produit.» Le Dr Sookloll souligne que le volontaire repassera par cette étape 14 ou 21 jours après l’application du produit afin de vérifier son efficacité.

 

Une fois cette étape franchie, c’est autour du VISIA d’entrer en jeu sous la houlette de Dylan Jodun, Clinical Trial Manager. «Cet appareil sert à la prise de photos du visage de manière rapprochée. Cela permet d’avoir une analyse visuelle et détaillée de la peau du volontaire et cela aidera, par la suite, à voir comment le/les produit/s fonctionne/nt avec la comparaison des photos avant/après.» Après la séance photo, le volontaire repart donc chez lui avec le ou les produit/s à tester pour l’essai clinique et revient au bout de 14 ou 21 jours (tout dépend de l’étude pour un suivi). «Mais si un volontaire désire arrêter avant, il est libre car nous n’obligeons personne à participer. C’est vraiment sur la base du volontariat que ça se passe. Pour mieux accompagner ceux qui participent, nous assurons toujours un bon suivi et un encadrement médical», souligne Vandana Mungroo-Beechoo.

 

La visite n’est pas complètement terminée. Un autre lieu est primordial pour les recherches : le laboratoire, qui représente la partie préclinique. Avant d’y pénétrer, respecter les mesures sanitaires est obligatoire. Sur-chaussures, charlotte, gants et blouse sont les indispensables. «C’est un laboratoire de niveau 2 ; l’environnement intérieur est stérile. La sécurité y est, donc, absolue afin d’éviter toute contamination des cellules avec lesquelles nous travaillons», explique Véronique Newton, la Head of Research and Innovation. Elle explicite le rôle de la partie préclinique dans les études. «Notre rôle est de voir l’efficience des ingrédients cosmétiques et pharmaceutiques. Nous testons la tolérance et l’efficacité des matières premières ou des produits finis grâce à des modèles cellulaires car avant qu’un produit quelconque soit testé sur des individus, nous devons nous assurer qu’il est safe and sure.» Ainsi, une fois la tâche ardue de la petite équipe de Véronique Newton terminée, les produits de plusieurs marques de renom – telles que L’Oréal, Nuxe Paris, Clarins Paris, L’Occitane, Johnson & Johnson et Chanel, entre autres – accèdent aux essais cliniques et peuvent être, par la suite, commercialisés.

 


 

Pourquoi être volontaire à un essai clinique

 

La recherche permet de guérir, traiter et prévenir les maladies.

 

Les médicaments et produits cosmétiques ne peuvent remplir leur rôle que parce que leur fonctionnement a été étudié attentivement et que leur efficacité et leur tolérabilité ont été correctement établies.

 

La possibilité de bénéficier d’un traitement nouveau et prometteur dans les meilleures conditions de sécurité.

 

Les produits sont fournis par le sponsor/la marque.

 

Les examens médicaux/dermatologiques poussés et réguliers sont totalement pris
en charge.

 

Une contribution essentielle.

 

«La contribution du volontaire est souvent mal comprise, voire méconnue, alors même qu’elle est essentielle. Depuis 2004, plus de 8 500 études ont été menées pour plus de 70 clients. Plus de 40 000 volontaires ont participé à ces tests dans nos différents centres de recherches à travers le monde.», souligne Claire Blazy, Chief Executive Officer du CIDP.

 


 

Le CIDP en quelques lignes

 

Le Centre International de Développement Pharmaceutique (CIDP), qui a ouvert son siège social à Maurice en 2004, est une société de recherche contractuelle privée et indépendante qui mène des activités cliniques et de recherche pour les industries pharmaceutiques, médicales, nutritionnelles et cosmétiques internationales. L’emplacement géographique des centres, soit le Brésil, l’Inde, l’île Maurice, la Roumanie et le Singapour, permet au centre d’accéder à un large panel de patients, d’entreprendre des essais multicentriques avec un processus de recrutement rapide dans un environnement sécurisé et adapté. Si vous souhaitez faire partie des volontaires du centre, n’hésitez pas à contacter le CIDP au 401 2600 pour en savoir plus sur les études en cours.