• Contaminations à SKC Surat : deux jours tendus…
  • Le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal : «C’est une situation bien grave»
  • Plusieurs cas de Covid-19 recensés localement : les Mauriciens sur le qui-vive
  • Man City vs Man United : les faux frères
  • Super League : le GRSE Wanderers en plein suspense
  • Et Ramgoolam qui rit…
  • Ce lundi 8 mars 2021, l’express devient l’express des Femmes
  • Enquête judiciaire : Bonomally, la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Kistnen ?
  • Assemblée générale élective du MTC : la survie du club en toile de fond
  • La vie de fashionisto de Patrice

Dr Pravish Sookha : «La laparoscopie doit être l’option privilégiée pour traiter certaines maladies»

Convalescence plus courte, séquelles moins lourdes… Les avantages de la laparoscopie sont nombreux. Cependant, cette technique chirurgicale est encore peu pratiquée à Maurice. Le Dr Pravish Sookha, consultant en chirurgie générale, chirurgie bariatrique (relative à l’obésité) et laparoscopique au Wellkin Hospital, nous en dit plus sur ce type d’intervention, notamment pour traiter les maladies métaboliques et l’hernie abdominale. 

En 2012, vous étiez parmi les premiers à utiliser la laparoscopie à Maurice. Quels sont les avantages de cette technique pour les patients ?

 

La laparoscopie est une technique chirurgicale qui consiste à opérer un patient grâce à une/plusieurs petite/s incision/s à travers laquelle/lesquelles le médecin va introduire un petit tube muni d’une source lumineuse et d’une mini-caméra ainsi que d’autres instruments chirurgicaux en fonction de la pathologie à traiter. Cette technique permet d’éviter, autant que possible, les opérations ouvertes et les nombreuses séquelles qui y sont associées, comme les douleurs postopératoires et les cicatrices.

 

La laparoscopie accélère la convalescence et réduit considérablement la durée de l’hospitalisation. Le besoin de transfusion sanguine est également moins important. Actuellement à Maurice, plus de 90 % des opérations sont faites en utilisant la chirurgie ouverte. Mais la laparoscopie doit être l’option privilégiée pour traiter certaines maladies. D’ailleurs, dans beaucoup de pays développés, les opérations ouvertes sont devenues très rares pour les appendicites, hernies, vésicules biliaires et autres maladies courantes qui nécessitent une intervention chirurgicale.

 

La laparoscopie est utilisée pour la chirurgie métabolique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Il s’agit d’une opération destinée aux patients souffrant de maladies métaboliques comme le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, l’obésité et l’hypercholestérolémie. Cette intervention permet d’améliorer grandement l’état de santé du patient. Par exemple, après cette chirurgie, les diabétiques peuvent se passer d’insuline pour contrôler le taux de glycémie dans le sang. Il est important que les patients souffrant du diabète ou d’obésité sachent que cette option existe et qu’elle est encadrée par un protocole médical strict.

 

Au Wellkin Hospital, où cette intervention est proposée, le patient est soumis à une série de tests au préalable. L’objectif est d’abord de déceler tout autre problème collatéral qui pourrait être soigné en même temps. Ensuite, les examens permettent de fixer les paramètres dans lesquels se déroulera l’intervention. Il est important de souligner que nous adaptons l’opération aux besoins et surtout à l’état de santé du patient.

 

Comment se déroule une telle intervention ?

 

Au Wellkin Hospital, elle implique des équipes médicales pluridisciplinaires qui incluent des endocrinologues, gastro-entérologues, pneumologues, internistes, psychiatres, psychologues, nutritionnistes et d’autres spécialistes en fonction des cas. L’équipe en question utilise les résultats des tests pour décider de la prise en charge du patient. L’opération dure en moyenne entre 45 minutes et 3 heures. Il faut compter entre 48 et 72 heures d’hospitalisation post-opératoire.

 

Quelles sont les implications de la chirurgie métabolique ?

 

Les patients diabétiques et ceux ayant une forte tension devront continuer à consulter leur médecin (diabétologue, endocrinologue, etc.) même si leur état de santé ne nécessite pas de prise de médicaments. Le suivi médical est extrêmement important. Et d’ailleurs, en ce qui concerne le diabète, on parle de rémission et non de guérison.