• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Desperados 3 : far west tactique

Et un gros «pan» pour la troisième fois ! En tout cas, le far west vidéoludique revient avec ce troisième opus d’une franchise qu’on croyait perdue (le deuxième volet, du nom de Helldorado, date tout de même de 13 ans.) Après Red Dead Redemption 2, voici que les cow-boys nous reviennent dans un jeu d’infiltration tactique old school mais avec pas mal d’atouts. Le tout se dégaine sur PC, PS4 et Xbox One, et c’est plutôt super ! 

Les cinq salopards

 

Le jeu conte des événements qui se passent avant ceux du premier volet sorti en 2001. On retrouvera un John Cooper – le héros du premier volet – plus jeune qui se met à la poursuite d’un mystérieux mec qui s’appelle Frank. Sur sa route, il va croiser plusieurs autres qui vont l’accompagner dans divers endroits de cette période : Mississippi, Nouvelle-Orléans, Mexique. Et si le récit en lui-même est plutôt classique, il faut avouer que les développeurs de Mimimi Games (Shadow Tactics : Blood of the Shogun) ont fait des efforts pour nous proposer une narration solide, avec des missions – 16 au total – qui s’enchaînent comme une vraie histoire, tout au long de la trentaine d’heures que vous passerez sur le jeu.

 

Des stratégies, du fun et du vaudou

 

Le fond ne change pas : chaque mission se fait en vue 3D isométrique en temps réel. Il faudra déjouer les ennemis (vous verrez leur champ de vision) avec des aptitudes spéciales pour les cinq personnages que vous allez contrôler, tous plus ou moins complémentaires et équilibrés. On a donc John qui manie bien la gâchette et le lancer de couteaux, Hector a un piège à ours et sait faire parler la hache, Kate peut se déguiser, Doc est le sniper et finalement, Isabelle est une sorte de sorcière vaudou qui manie la possession ! Tout un programme et tellement de possibilités.

 

En tout cas, il faudra bien réfléchir, parce que la variété concerne aussi les ennemis : on a donc des gardes armés, des snipers et même des civils qui donnent l’alerte – vous aurez leurs aptitudes si Isabelle les possède ! Bref, concentration de tous les instants et de la sauvegarde toutes les 30 secondes pour bien avancer comme il faut.  

 

La richesse est encore plus accentuée par les environnements et leurs interactions ! Par exemple, les villes regorgent de cachettes mais sont remplies de monde, alors que la boue dans le bayou fera voir vos empreintes. Faites également attention à l’eau qui laisse des ondes de choc là où vous passez. Les méthodes et les approches ne manqueront donc pas.

 

Heureusement, tout se fait de façon très user-friendly dans l’interface, avec même des combinaisons d’action bien jouissives. En fait, vous pouvez pause le jeu et mettre en place plusieurs mécaniques et actions en même temps, et voir le tout se faire avec des résultats concluants ! Par contre, on vous conseillera tout de même le combo clavier/souris, beaucoup plus efficace qu’avec une manette.

 

Belle 3D isométrique  

 

On se croirait revenir au bon vieux temps d’un Commandos sur PC en 1998. D’ailleurs, le premier Desperados venait aussi de cette courte mouvance de jeux d’infiltration tactique en 3D isométrique. Du coup, on a une vue grande mais éloignée de l’action. Cependant, on peut voir et anticiper pas mal. En tout cas, les environnements sont jolis, avec moult détails, rehaussés par un environnement sonore bien dans le ton, avec voix, musique et même les bruitages de l’époque. Bref, le far west est à nos portes. Ça vous dirait de vous y infiltrer ?