Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Vente illégale de vieille ferraille, pollution, routes impraticables… : Les habitants de Rughooputh Lane, Quatre-Bornes, montent au créneau
  • Festival du Livre de Trou-d’Eau-Douce : trois bonnes raisons d’y aller
  • Champions de cross-country - Rencontre avec Sébastien et Christopher Bonnapen : deux frères, une seule passion
  • Yogesh Siraz, côté jardin
  • Santé oculaire : ENL sensibilise les pêcheurs
  • Sahib Meerhossen condamné à perpétuité après l’assassinat de Lara Rijs - Son épouse Nazmeen : «Santans-la tro lour»
  • Ces Mauriciens «so in love» de La Casa de Papel
  • Athlétisme - Charge provisoire de détournement de fonds : Vivian Gungaram accusé et soutenu
  • Met Gala : attention les yeux !
  • À Montréal : quand la vie se conjugue avec la Covid-19

Covaxin : zoom sur les questions-clés

Il est utilisé depuis le lundi 22 mars dans l’île. Si le Covaxin n’a pas encore été homologué par l’Organisation mondiale de la santé, il a été approuvé par le Vaccinaton Committee à Maurice et le gouvernement rassure quand à son efficacité et sa fiabilité. Mais les interrogations des citoyens sont nombreuses. La pharmacienne Shikha Ramjutan nous en dit plus sur ce vaccin.

C’est quoi ?

 

Le Covaxin a été développé et fabriqué en Inde par Bharat Biotech. Il utilise une version inactivée du virus pour déclencher une réponse immunitaire ; deux doses sont administrées à quatre semaines d’intervalle.

 

Quelle efficacité ?

 

Les résultats préliminaires des essais de phases 2 et 3 montrent qu’il est efficace à 81 %, ce qui est supérieur à l’AstraZeneca. Il a également une efficacité contre le variant américain.

 

Lorsqu’un vaccin est élaboré, il est testé en plusieurs phases. Durant la première phase, il est testé sur moins de 100 volontaires afin de trouver la bonne dose ; durant la phase 2, il est testé sur des centaines de volontaires pour vérifier son efficacité et obtenir un profil d’effets secondaires ; durant la phase 3, il est testé sur des milliers de volontaires pour établir les effets secondaires et l’efficacité ; et la phase 4 consiste à surveiller la population pour vérifier s’il existe des effets secondaires rares et non-découverts.

 

«Le Covaxin en est à la phase 3 des essais cliniques chez environ 27 000 personnes et a montré une bonne efficacité et une bonne sécurité à partir des résultats intermédiaires qui semblent prometteurs. Normalement, il faut attendre la fin des essais de phase 3 mais le Covaxin a été approuvé tôt sur la base des données préliminaires pour une utilisation d’urgence», explique Shikha Ramjutan.

 

La position de l’OMS ?

 

Afin qu’un vaccin soit approuvé par l’Emergency Usage List (EUL) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les développeurs doivent le soumettre très tôt pour être vérifié et il doit normalement avoir terminé les essais de phase 3. Cependant, cela ne signifie pas qu’il est dangereux ; cela signifie simplement que certaines données ne sont pas encore disponibles. «Les résultats provisoires de l’essai en phase 3 semblent prometteurs et le Covaxin a déjà été approuvé par l’EUL en Inde, en Iran, en Guyane, au Zimbabwe et au Myanmar. Il devrait également bientôt atteindre plus de pays dont le Brésil, le Mexique et la Hongrie».

 

Comment fonctionne le Covaxin ?

 

Il utilise une souche inactivée du virus (SARS-CoV-2) qui ne peut pas se répliquer dans le corps. Cela signifie que le Covaxin ne peut pas provoquer la Covid mais qu’il est capable de provoquer une réponse immunitaire qui apprend au système immunitaire comment fabriquer des anticorps contre le virus.

 

Se faire vacciner ou pas ?

 

Le Covaxin est utilisé dans plusieurs pays et les résultats semblent prometteurs. Mais il y a aussi le fait que les essais de phase 3 sont en cours. Mais la décision de se faire vacciner ou pas appartient à chacun, soutient Shikha Ramjutan.

 


 

Trois choses à faire après la vaccination

 

Certains effets secondaires peuvent apparaître après l'injection du vaccin contre la Covid-19. Suivez les conseils de la pharmacienne Shikha Ramjutan…

 

Appliquez un sac de glace enveloppé dans une serviette sur votre bras pour réduire la douleur, les rougeurs et le gonflement. Si vous n’avez pas de sac de glace, appliquez un gant de toilette ou une serviette fraîche sur la zone vaccinée ; utilisez un sac de légumes surgelés ; ou mettez de la glace dans un sac et enveloppez d’une serviette.

 

Vous pouvez prendre du paracétamol dès que vous vous faites vacciner et ce, pendant deux jours (avec ou non des signes d’effets secondaires). Cet analgésique est le plus sûr mais aussi un antipyrétique, c’est-à-dire qu’il agit contre la fièvre. Le paracétamol est disponible en différentes marques et en comprimés de 500 mg ou 1 000 mg. Pour les adultes, la dose habituelle est de 500 à 1 000 mg toutes les 4 à 6 heures. Et la dose maximale en un jour est de 4 g (4 comprimés de 1 000 mg par jour). Le paracétamol est également disponible en version effervescente (qui agit plus vite) ou en comprimés.

 

Buvez beaucoup d’eau pour rester hydraté. Portez des vêtements légers, surtout si vous avez une peau sensible et de la fièvre. Évitez les exercices intenses et de soulever des objets lourds. Gardez votre bras vacciné en mouvement, cela peut réduire la douleur et la raideur. Reposez-vous suffisamment pour refaire le plein d’énergie. «Rappelez-vous que cela ne durera que quelques jours et que tout le monde ne ressentira pas les mêmes effets secondaires», précise Shikha Ramjutan.

 


 

Bio express : Shikha Ramjutan est une pharmacienne qualifiée et enregistrée au Royaume-Uni et à Maurice. Elle détient une maîtrise en pharmacie du Kings College de Londres et a terminé sa formation de pré-inscription à l’Imperial College London NHS Trust. «J’essaie d’utiliser des plateformes de médias sociaux comme Instagram (themedixpharmacist) pour éduquer la jeune génération sur divers sujets de santé et de bien-être», confie-t-elle. «Je crois sincèrement qu’il est important de permettre au public d’être plus conscient et de prendre le contrôle de sa santé pour une meilleure qualité de vie.»