• Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»
  • Cette alternative qui se fait désirer !
  • Dead or Alive 6 : Combats techniques avec plastique lambda
  • JIOI 2019 | Haltérophilie : les Mauriciens affichent la forme en Roumanie
  • Circle of wisdom : Cycle menstruel : pour se reconnecter à soi
  • Hans Nayna : en attendant la sortie de «Burning pages» et d’autres aventures

Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie

Krysta Prayag-Simon et Selma Pierre accompagnent et encadrent les femmes.

En huit ans d’existence, Baz’Art Kreasion s’est transformé en une entreprise sociale spécialiste du papier recyclé. Derrière les différents produits réalisés, des créatrices, anciennes femmes au foyer, qui aujourd’hui grandissent et s’épanouissent à travers le travail.

L’espace est épuré. Quelques palettes recyclées pour bien faire ressortir les produits et pour rester surtout dans l’esprit du lieu. Ici, l’esprit récup’ est plus que jamais présent. Baz’Art Kreasion a récemment inauguré sa boutique. Dans celle-ci, située à l’entrée du Vivea Business Park, à Saint-Pierre, les créations artisanales et originales des bénéficiaires sont exposées et mises en vente. Derrière, l’espace de travail des créatrices – bien que rénové – est toujours là. C’est ici qu’elles imaginent, créent et réalisent leurs produits qui sont ensuite vendus dans la nouvelle boutique ou sur Internet. On y trouve principalement des bols décoratifs, paniers, boucles d’oreilles, colliers, bracelets et sous-plats en papier, leur marque de fabrique. Mais aussi toutes sortes de bougies, spécialement celles sous le thème de Noël qui approche à grands pas.

 

En 2011, ENL Foundation se lance dans un nouveau projet. Le pari est alors de prendre par la main quelques femmes au foyer, principalement issues des milieux vulnérables de Moka/Saint-Pierre, de les former au métier d’artisan et de leur permettre de gagner un revenu afin qu’elles soient autonomes. À l’époque, sept femmes rejoignent le projet. Ensemble, elles apprennent à travailler du papier, récupèrent de vieux magazines et en font des produits de déco et des accessoires de beauté, sous l’œil attentif de leur coach artistique, Selma Pierre, et de la responsable des lieux, Priscilla Vencatapillay. Au fil des années, Baz’Art Kreasion et ses femmes artisanes n’ont cessé de grandir et de s’épanouir. Cela, dans tous les sens du terme.

 

Pour Mario Radegonde, Head of CSR d’ENL et Manager de l’ENL Foundation, Baz’Art Kreasion s’est progressivement transformé en entreprise sociale. «C’est avec beaucoup de dévouement que notre équipe a travaillé avec ces personnes en situation de vulnérabilité pour leur donner les outils nécessaires afin qu’elles puissent mieux gérer leur quotidien. L’ouverture de Baz’art Kreasion Boutik est la consécration de l’implication sans relâche des bénéficiaires et apportera une nouvelle dynamique à ce projet.»

 

Aujourd’hui, en effet, elles sont une trentaine à faire partie du projet. L’ouverture de la boutique marque une nouvelle étape dans la mission de Baz’Art. «Avant, nous vendions nos produits uniquement à travers les marchés auxquels nous participions. Avec cette boutique, cela va changer. Elle va apporter la visibilité qui manquait à Baz’Art. Les gens peuvent y venir directement, de 9 à 16 heures, pour acheter les créations de nos dames. Et qui dit plus de commandes, dit plus de sous pour elles», lance Krysta Prayag-Simon, consultante en Sales & Marketing.

 

Depuis huit ans, c’est effectivement la principale priorité de Baz’Art Kreasion. Décrocher le maximum de commandes implique plus de travail et donc plus de revenus pour les bénéficiaires car c’est bien là l’un des objectifs du projet. «L’idée, c’est, dans un premier temps, de leur donner une formation pour qu’elles puissent développer un savoir-faire et se lancer dans la création. Il s’agit ensuite de vendre nos produits dont les revenus sont ensuite distribués de manière équitable entre les femmes. Des fois, c’est un peu plus, des fois un peu moins. Tout dépend des commandes», explique Krysta Prayag-Simon. Trouver à travers le travail un certain épanouissement, c’est aussi le but de ce projet social. «Nous travaillons avec un coach personnel afin que les dames puissent s’épanouir et s’affirmer en tant que femmes», lance Krysta Prayag-Simon.

 

Réussite

 

Et les résultats sont là. Devenir économiquement indépendantes, elles sont nombreuses à vivre aujourd’hui cette réalité qui leur semblait encore inatteignable avant de rejoindre Baz’Art Kreasion. Jessica Macedenien fait partie des premières femmes à avoir bénéficié de l’encadrement et du soutien de Baz’Art. En huit ans, son parcours n’a eu de cesse d’évoluer. «Quand je suis arrivée, j’avais arrêté de travailler depuis un moment et je restais à la maison. Dès que je suis arrivée ici, j’ai commencé à apprendre et je suis devenue une passionnée de recyclage», confie-t-elle.

 

Appliquée et motivée, Jessica a fait ses preuves et ses efforts ont été dignement récompensés. «Je suis aujourd’hui Team Leader et formatrice. Le fait d’avoir eu en quelque sorte cette promotion signifie beaucoup pour moi. Ça prouve que j’ai évolué, que j’ai fait du chemin.» Symbole de réussite, Jessica Macedenien est aujourd’hui un exemple pour celles qui, comme elle, n’espéraient pas grand-chose dans la vie. Et comme elle, de nombreuses femmes sont sur le même chemin, espérant devenir actives professionnellement et pouvoir ainsi être indépendantes.

 

En avril, Baz’Art a accueilli un nouveau groupe de femmes qui sont venues agrandir l’équipe. Toutes sont des femmes au foyer sans aucun moyen de revenus. Vanessa Pierre d’Alma et Amanda Coonjoobeeharry ne pensaient pas qu’en écoutant les conseils d’une amie, elles pourraient découvrir le monde du recyclage et espérer se faire un salaire. «Avant, je restais à la maison pour m’occuper de mon petit garçon. Quand une amie m’a dit de venir, je n’étais pas sûre mais je ne regrette pas mon choix. On n’arrête pas d’apprendre», lance Vanessa Pierre.

 

Amanda Coonjoobeeharry qui, elle, s’occupe de sa mère malade, est tout aussi enthousiaste. «Jamais je n’aurais pensé qu’on pouvait faire d’aussi belles choses avec du papier. C’est extraordinaire ! En plus, notre formation ne s’arrête pas là. On va apprendre encore plus, ce qui nous permettra d’aller encore plus loin.»

 

Aller encore plus loin, c’est justement la devise de Baz’Art. Et les projets sont nombreux. Après avoir lancé de nouveaux produits, comme les dream catchers, et redonné un coup de neuf à leurs collections en y ajoutant une touche de tendance actuelle, les créatrices se lanceront bientôt dans la couture. Eh oui ! Tout est fin prêt pour donner vie à cette nouvelle phase de leur champ d’activité. Au programme : création de pochettes et de différents types d’accessoires, toujours dans l’esprit récup’. La couture sera, pour elles, un autre moyen d’explorer leur créativité et un nouveau challenge qu’elles ont hâte de relever.