• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Alzheimer et confinement : comment s’adapter ?

Il est important que l’entourage des personnes vivant avec l’Alzheimer s’informe sur la façon de bien s’occuper d’elles, soulignent Safia Adamjee, Adeline Duchenne et Sandra Gungurum.

Gérer la période de lockdown avec un proche vivant avec  la maladie d’Alzheimer, ce n’est pas une situation facile à vivre. Mais celle-ci peut être améliorée. Safia Adamjee, psychologue, et Adeline Duchenne et Sandra Gungurum, orthophonistes, toutes les trois de l’association Alzheimer Mauritius, nous livrent quelques conseils.

Depuis le 20 mars, les Mauriciens sont confinés. Une situation qui a chamboulé leur quotidien, notamment pour ceux vivant avec la maladie d’Alzheimer et leur entourage. «Avec le lockdown, en raison de la Covid-19, nos habitudes ont drastiquement changé. La personne qui vit avec la démence est alors encore plus déboussolée. Elle ne comprend pas pourquoi elle ne peut plus sortir ou recevoir de la visite, par exemple. Les familles peuvent se retrouver dans un profond désarroi face aux questions répétitives, aux tentatives pour sortir de la maison ou encore face à l’agitation», s’accordent à dire Safia Adamjee, psychologue, et Adeline Duchenne et Sandra Gungurum, orthophonistes, toutes les trois de l’association Alzheimer Mauritius.

 

C’est pourquoi, pendant cette période de confinement, il est important, soulignent-elles, que l’entourage des patients vivant avec l’Alzheimer s’informe sur la manière de mieux gérer le quotidien. «C’est pour cela que nous avons décidé de faire une vidéo et de la publier sur les réseaux sociaux afin d’aider également toutes les familles qui ne sont pas membres de l’association Alzheimer mais qui ont un proche qui vit avec cette maladie.»

 

Premier conseil : il faut occuper la personne qui vit avec la démence, tout en lui proposant des activités qui ont du sens pour elle, qu’elle aime faire et qu’elle est capable de faire – il ne faut surtout pas la forcer à faire quelque chose si elle s’y oppose. Dans le cas des patients qui déambulent ou errent, «aménagez la maison pour éviter les risques de chutes. Poussez les meubles et enlevez les objets dangereux, par exemple. Le but est d’assurer la sécurité sans entraver la liberté. Il ne faut pas contrarier le besoin de déambuler car ça risque de provoquer des réactions d’agitation. Favorisez le dialogue et amenez la personne à faire autre chose», recommandent Safia Adamjee, Adeline Duchenne et Sandra Gungurum.

 

Des difficultés peuvent également survenir au moment de la toilette. «La personne qui vit avec la démence pourrait dire qu’elle n’a pas envie de se laver ou qu’elle l’a déjà fait. Vous devez être patients et vous adapter à son rythme. Le mieux, c’est de changer de discussion et de réessayer plus tard. Certes, après presque deux mois de confinement, le stress pèse sur chacun de nous. Cependant, les proches des personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer sont encore plus touchés et la situation est loin d’être facile pour elles.»

 

Mais, rassurent-elles, il suffit juste d’avoir les bonnes approches pour que la vie en confinement soit plus facile à gérer.

 


 

Astuces pour mieux vivre cette période

 

Pour vous aider à gérer au mieux le confinement, voici quelques conseils proposés par l’Alzheimer’s Society UK :

1. Restez actifs (ayez une journée bien remplie) et faites du sport.

2. Gardez un emploi du temps (une routine).

3. Restez connectés avec votre entourage (messages, appels, vidéoconférence).

4. Restez en sécurité (minimisez les sorties et respectez les gestes barrières).

5. Restez positifs (restez calmes et si ça ne va pas, contactez l’association Alzheimer).

 

Safia Adamjee, Adeline Duchenne et Sandra Gungurum ont également recensé quelques idées d’activités à faire afin de diminuer l’angoisse ou l’agitation en cette période de lockdown. Parmi, jouer à des jeux de société (cartes, domino, bingo), participer aux tâches ménagères (passer le balai, plier le linge…), faire de la réminiscence (souvenirs avec des albums photos, des musiques…), faire la cuisine (casser les œufs, éplucher les légumes, trier les bred – attention à ne pas faire des tâches qui peuvent être dangereuses), du jardinage, une activité physique (yoga, marcher dans la cour), des activités manuelles (coloriage, bricolage, couture).

 


 

Prévenir les tensions

 

Quoi éviter pour ne pas créer d’autres formes de tensions chez les personnes vivant avec démence ? Nos trois intervenantes nous en disent plus.

 

1. Il est important de ne pas créer une paranoïa autour de la Covid-19, de ne pas effrayer la personne à chaque fois qu’elle oublie de se laver les mains.

2. Le surplus d’informations (trop de radio, trop de télévision, etc.) peut être nuisible à la santé de la personne vivant avec la maladie d’Alzheimer.

3. Le surplus de sieste, le fait de trop dormir en journée peut causer des troubles du sommeil qui peuvent être par la suite dérangeants pour la personne elle-même et ses proches.

4. Il est important de ne pas perdre patience ; de ne pas se mettre en colère par rapport à la situation et contre son proche qui vit avec la maladie d’Alzheimer.

5. Il est aussi important de valider les propos de la personne vivant avec la démence, même si ceux-ci peuvent paraître farfelus.