• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Vidish Jogannah condamné à 38 ans de prison pour le meurtre Patricia Verrière

Le couple au temps du bonheur.

Un meurtre «brutal et sans pitié». C’est ainsi que le juge Benjamin Marie-Joseph a qualifié le mardi 19 novembre, l’agression mortelle de Patricia Verrière en prononçant sa sentence en cour d’assises. Le meurtrier, Vidish Joganah, a été condamné à 38 ans de prison. Ce videur âgé de 25 ans, habitant Gokhoola, avait plaidé coupable d’avoir étranglé sa concubine. Et, le 21 mai dernier, à l’appel du procès aux assises, Vidish Jogannah avait imploré le pardon du juge Benjamin Marie Joseph en disant qu’il regrettait terriblement ce qui s’était passé. Le juge avait mis son jugement en délibéré. Le couperet est donc tombé six mois plus tard.

 

Cette affaire éclate, le 3 juin 2016. Arrêté après la découverte macabre, Vidish Jogannah n’avait pas tardé à avouer le meurtre. Il raconte qu’il s’était rendu chez Patricia Verrière, à Péreybère, ce jour-là dans le but de discuter. Or, alors qu’ils étaient devant le bloc d’appartements, une violente dispute avait éclaté entre eux. Il avait alors poussé Patricia Verrière et cette dernière s’était cognée la tête contre le portail. Le videur l’avait alors porté jusqu’à son appartement. C’est là qu’il l’avait bâillonnée et étranglée avec un fil électrique. Il avait par la suite caché le corps sous le lit. Et, ce n’est que le lendemain, dans la soirée, que des amis de la victime avaient fait la découverte macabre. L’autopsie avait attribué le décès à une strangulation.

 

À l’époque des faits, Vidish Jogannah avait déjà un fils de 2 ans. Il vivait séparé de son épouse, une habitante de Triolet. Les deux, qui travaillaient comme serveurs dans un hôtel, s’étaient mariés en 2014. Mais la jeune femme l’avait quitté car elle lui reprochait déjà d’être trop violent.