• Jane Constance & Mickaël Pouvin : deux belles voix pour faire vibrer le Caudan Arts Centre
  • Sport Automobile : La Motors Formula Team en piste le 14 avril
  • Emilie Duval : «On doit tous, que ce soit l’Église catholique ou autre, se sentir concernés par les abus sexuels sur mineurs»
  • Agression mortelle de Shobanand Bhoyroo, 61 ans, par son voisin | Son neveu : «Ce n’était pas la première fois qu’il était brutalisé»
  • Fête de l’Indépendance : Le fabuleux 12 mars du constable Damien Céline
  • Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»

Un cas de «forgery» relevé au tribunal de Curepipe

Son dossier à charge, dit-il, comprenait une fausse déposition. C’est la raison pour laquelle le Prosecutor du tribunal de Curepipe a présenté une motion réclamant une enquête policière.

 

Le mardi 13 novembre, Shanawaz Maulaboksh s’est présenté en Cour accompagné de son avocat Ashley Hurhangee pour la suite de son procès pour outrage against an agent of the civil authority. Environ trois ans plus tôt, cet habitant de Phoenix avait eu une altercation verbale avec un sergent de police.

 

Mais le Prosecutor dit avoir découvert une fausse déposition dans le dossier à charge lors de l’audition d’un inspecteur de police affecté à Nouvelle-France. Ce dernier avait été convoqué comme témoin. En Cour, il a avancé que la déposition présentée n’est pas la sienne, qu’il ne s’agit pas de son écriture et qu’il ne l’a jamais signée. Le Prosecutor a alors présenté une motion à la demande de l’avocat Ashley Hurhangee, pour produire la copie originale de ladite déposition. Il a également fait part de son intention d’informer le Directeur des poursuites publiques de cette affaire.

 

Le Central Criminal Investigation Department devrait également être sollicité pour enquêter sur ce cas. «Cette affaire a été montée de toute pièce contre mon client. Un policier a dû agir de mauvaise foi. La liberté et les droits de mon client ont été injustement bafoués», s’indigne l’homme de loi Ashley Hurhangee.

 

«J’ai été victime d’une grosse injustice, renchérit Shanawaz Maulaboksh. J’ai une vidéo pour prouver mon innocence. Un passant avait filmé toute la scène devant le tribunal de Curepipe où j’étais venu payer une amende pour une contravention. On entend clairement le policier m’agresser verbalement. Ses collègues lui ont conseillé de ne pas aller de l’avant avec cette affaire mais il a insisté et allègue que c’est moi qu’il l’ait agressé verbalement. Il a alors consigné une déposition au poste de police de Curepipe. Mais la vérité finira par éclater.»

 

Shanawaz Maulaboksh devra de nouveau comparaître en Cour en février prochain pour connaître la marche à suivre.