• Championnat de Rallye Automobile - 2e manche : Consécration de Hashim Maudarbocus-Yohann Anseline
  • Ferme communautaire O’Connor : Pour remettre des familles debout
  • Zoé Laure : Le «nail art», sa passion, son métier
  • Construis-moi un «lodge» 100 % écolo
  • Jasmine Toulouse veut réveiller les consciences
  • Porté disparu depuis trois jours, il est retrouvé à Gris-Gris | Firdosh Jahoor : «Zot pou konn la verite mardi»
  • José Moirt : «Un Budget, ce n’est pas faire des cadeaux»
  • Hippisme 13e journée | Cool At Heart : message reçu 5 sur 5
  • Chez Fernand Bistrot : Une nouvelle adresse appétissante et gourmande
  • Aux assises : Roshan Doobraz écope de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse

Un cas de «forgery» relevé au tribunal de Curepipe

Son dossier à charge, dit-il, comprenait une fausse déposition. C’est la raison pour laquelle le Prosecutor du tribunal de Curepipe a présenté une motion réclamant une enquête policière.

 

Le mardi 13 novembre, Shanawaz Maulaboksh s’est présenté en Cour accompagné de son avocat Ashley Hurhangee pour la suite de son procès pour outrage against an agent of the civil authority. Environ trois ans plus tôt, cet habitant de Phoenix avait eu une altercation verbale avec un sergent de police.

 

Mais le Prosecutor dit avoir découvert une fausse déposition dans le dossier à charge lors de l’audition d’un inspecteur de police affecté à Nouvelle-France. Ce dernier avait été convoqué comme témoin. En Cour, il a avancé que la déposition présentée n’est pas la sienne, qu’il ne s’agit pas de son écriture et qu’il ne l’a jamais signée. Le Prosecutor a alors présenté une motion à la demande de l’avocat Ashley Hurhangee, pour produire la copie originale de ladite déposition. Il a également fait part de son intention d’informer le Directeur des poursuites publiques de cette affaire.

 

Le Central Criminal Investigation Department devrait également être sollicité pour enquêter sur ce cas. «Cette affaire a été montée de toute pièce contre mon client. Un policier a dû agir de mauvaise foi. La liberté et les droits de mon client ont été injustement bafoués», s’indigne l’homme de loi Ashley Hurhangee.

 

«J’ai été victime d’une grosse injustice, renchérit Shanawaz Maulaboksh. J’ai une vidéo pour prouver mon innocence. Un passant avait filmé toute la scène devant le tribunal de Curepipe où j’étais venu payer une amende pour une contravention. On entend clairement le policier m’agresser verbalement. Ses collègues lui ont conseillé de ne pas aller de l’avant avec cette affaire mais il a insisté et allègue que c’est moi qu’il l’ait agressé verbalement. Il a alors consigné une déposition au poste de police de Curepipe. Mais la vérité finira par éclater.»

 

Shanawaz Maulaboksh devra de nouveau comparaître en Cour en février prochain pour connaître la marche à suivre.