• La Croix Rouge : S’engager, symbole de solidarité et d’humanité
  • JIOI 2019 : Les entraîneurs boostés par leur cash prize
  • Gaia Succulents | Ektah Maha : une succulente... passion
  • Basco Raphael et son amour de «Lamizik»
  • Jin Fei : À la découverte de l’Eden Garden Square
  • Sufyaan Aubeeluck : De juriste à fabricant de bijoux
  • Hippisme 22e journée | Wall Tag persiste et signe !
  • Consommateurs, à vos «eco-bags» !
  • Oliver Thomas : «Les Mauriciens sont fatigués de retrouver les mêmes visages, les mêmes personnes sur l’échiquier politique»
  • MBC : la chaise musicale se poursuit

Son voisin est libéré sous caution après l’avoir agressée avec un harpon | Nishta : «Je crains qu’il ne s’en prenne à ma famille de nouveau»

La trentenaire a dû se faire poser 15 points de suture.

Cette femme de 38 ans vit dans la peur depuis qu’elle a été blessée par son voisin en voulant prendre la défense de son mari que celui-ci attaquait avec un harpon.

C’est avec beaucoup de difficulté et d’hésitation qu’elle revient sur sa mésaventure. Nishta*, 38 ans, une habitante de Camp-Charlot, Chemin-Grenier, a été grièvement blessée au cours d’une dispute de voisinage dans la soirée du dimanche 3 mars. En tentant de protéger son époux au cours d’une dispute avec un voisin, elle a reçu un violent coup de harpon à la main droite qui lui a presque sectionné le tendon. Depuis, elle craint pour sa sécurité et celle de sa famille car son agresseur, un trentenaire habitant la localité, a déjà été libéré sous caution.

 

Les faits se sont déroulés en début de soirée, le dimanche 3 mars, lorsqu’une bagarre conjugale a éclaté au domicile du neveu de Nishta, qui habite à quelques mètres de son domicile. «Son épouse m’avait contactée pour me dire qu’ils se disputaient et je me suis rendue chez eux avec mon époux. Lorsque le père de mon neveu est arrivé pour calmer les choses, j’ai pris avec moi leur enfant de deux mois pour l’emmener à la maison», dit-elle. Entre-temps, la situation s’est envenimée parce que d’autres voisins sont intervenus et la police de la localité a été alertée.

 

En regagnant leur domicile, Nishta et son époux se sont adressés aux policiers présents. «Pendant que nous leur expliquions comment la bagarre avait éclaté, nous nous sommes rendu compte qu’un voisin nous avait suivis. Il cherchait à s’en prendre à mon époux mais j’ignore pour quelle raison. Il a voulu interférer dans une dispute familiale qui ne le concernait en aucun cas.» L’homme était muni d’un harpon. «Lorsqu’il a brandi son arme et a tenté d’agresser mon époux, j’ai tenté de l’en empêcher et j’ai été blessée à la main droite ; de l’autre, je tenais toujours le bébé. Il aurait facilement pu atteindre l’enfant», dit-elle.

 

Son agresseur – qui s’en prendrait souvent aux habitants de la localité d’après ses dires – a été maîtrisé par les forces de l’ordre. Il a passé la nuit en détention avant de comparaître devant la Bail and Remand Court, le lendemain matin, sous deux chefs d’accusation provisoires – agression et possession d’arme dangereuse. Il a ensuite obtenu la liberté sous caution, au grand dam de la trentenaire. «J’ignore pour quelle raison il a été libéré aussi rapidement et je crains qu’il ne cherche à s’en prendre à ma famille de nouveau», s’inquiète-t-elle. Et d’ajouter que «ce n’est pas la première fois  qu’il interfère dans une dispute qui ne le concerne pas. Mais nous faisons tout de même confiance à la police et la laissons faire son travail».

 

Le soir de l’agression, Nishta s’est rendue à l’hôpital le plus proche pour des soins. Sa blessure a nécessité la pose de 15 points de suture. Par ailleurs, une enquête est toujours en cours afin de déterminer les raisons exactes ayant mené à cet incident.

 

*prénom modifié