Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Son fils Rahul, 19 ans, meurt en plein match de foot - Hema Ramluckhun : «Notre famille est en état de choc»

Ce jeune de 19 ans a été victime de ce que l’on appelle «la mort subite du sportif».

Il a marqué un but cinq minutes seulement après son entrée en jeu. Mais un peu plus tard, Rahul Ramluckhun a fait un malaise et s’est effondré sur le terrain de foot. Il a été victime d’une mort subite. Effondrée, sa mère se confie…

Il était un fils attentionné. Un enfant soucieux des autres membres de sa famille. Un jeune qui avait de l’ambition, qui caressait le rêve de faire des études supérieures en architecture et, surtout, un passionné de sport. Lorsque Hema Ramluckhun, 46 ans, parle de son fils Rahul, elle ne peut s’empêcher de pleurer. Car ce dernier a connu une fin tragique le samedi 11 juillet. Le jeune homme de 19 ans a été victime de ce que l’on appelle la mort subite du sportif.

 

Ce jour-là, vers 16 heures, Rahul, qui fréquentait la Floréal SSS, jouait avec ses amis lorsqu’il s’est effondré sur un terrain à Solferino. Il a été conduit à l’hôpital Victoria où son décès a été constaté. Le rapport d’autopsie indique que cet habitant de Rivière-Sèche, à Floréal, a succombé à un acute cerebral and pulmonary oedema.

 

«Notre famille est en état de choc», confie Hema, plongée dans une profonde tristesse, tout comme son époux Vishesh. Cette triste journée, raconte-t-elle, avait pourtant bien commencé. Ce jour-là, Rahul, qui était fils unique, s’est réveillé très tôt. «Il est sorti acheter un cadeau pour son cousin Yash qui fêtait ses 18 ans ce jour-là. Il s’est ensuite rendu à des leçons particulières.»

 

Par la suite, Rahul a rejoint ses parents au domicile de son cousin Yash où il y avait une cérémonie de prière à l’occasion de son anniversaire. À 14 heures, Rahul s’est rendu à une autre leçon particulière, à Eau-Coulée. Après quoi, sa mère l’a récupérée en voiture. «Ce jour-là, j’ai fait le chemin le plus long pour rentrer à la maison. On a eu l’occasion de bavarder et on a beaucoup rigolé», confie Hema. Ces échanges joyeux se sont poursuivis à la maison : «Je portais toujours un sari car je revenais directement de la séance de prière. J’ai alors demandé à Rahul de me prendre en photo. Il a fait une blague avant de finalement faire la photo. Il est ensuite parti se reposer après avoir bu sa tasse de thé. Son père l’a par la suite conduit à son match de foot hebdomadaire, avec ses amis.»

 

Une crise

 

Mais à 16h23, Hema reçoit un appel de Tanraj Gopaul, 50 ans. «Il m’a dit qu’il transportait mon fils à l’hôpital car il avait fait une crise. J’ai commencé à pleurer. J’étais toujours en larmes en arrivant aux urgences de l’hôpital Victoria. Tous ses amis étaient là, de même que mes frères. Un médecin m’a dit que le personnel soignant faisait de son mieux pour réanimer mon fils. Ce n’est qu’après qu’on a su qu’il avait déjà rendu l’âme à son arrivée à l’hôpital», s’attriste Hema. «Ses amis m’ont raconté qu’il avait fait son warming up avant de les rejoindre. Il est rentré et il a marqué cinq minutes plus tard, avant de faire un malaise trois minutes après. L’autopsie révèle qu’il a cessé de respirer à un certain moment, lorsqu’il y a eu une accumulation d’eau dans ses poumons.»

 

Son fils devait prendre part aux examens du Higher School Certificate dans quelques mois. Il était très apprécié à la Floréal SSS, où il était considéré comme un élément prometteur. Il faisait d’ailleurs partie de l’équipe qui avait remporté la Model Glinder Competition 2018 organisée par le Rajiv Gandhi Science Centre, en collaboration avec l’Aeronautical Society of Mauritius.

 

Le jeune homme voulait entreprendre des études supérieures en architecture à l’université de Médine. Il comptait ensuite se perfectionner en France. Mais Rahul était surtout un grand amoureux de sport. De foot notamment. Il était d’ailleurs un grand fan de Liverpool et membre de l’Official Liverpool Supporters Club Mauritius Branch. Outre le foot, il a pratiqué le tennis et le jujitsu pendant quelque temps, avant de tout arrêter pour se consacrer à ses études. Rahul voulait réussir dans la vie, réaliser ses rêves, concrétiser ses projets. Mais tout s’est envolé en quelques minutes. Plongeant les siens dans une indescriptible tristesse.