• Antoine Chetty, libéré : Ma vie en prison
  • Affaire Medpoint au Privy Council : Présences «embarrassantes» dans la salle d’audience
  • En spectacle le 26 janvier | Jamel Debbouze : «J’ai hâte de retrouver le public mauricien»
  • Ethique, intégrité, dignité…
  • Thaipoosam Cavadee : Face à l’épreuve du sacrifice
  • Fred Chesneau, le «Globe Cooker», à la table d’une famille mauricienne
  • Tir à l’arc : Wasim Yacoob s’en est allé
  • Kisasa, un restaurant atypique au coeur de Port-Louis
  • À Grand-Baie : Beedeea, 63 ans, meurt dans des circonstances troublantes
  • Syndrome d’Alcoolisation Fœtale : L’art, une arme pour la sensibilisation

Sharris Sumputh récidive

Sa première arrestation ne lui a, semble-t-il, pas servi de leçon. La brigade antidrogue a procédé à l’arrestation de Sharris Sumputh, 41 ans, durant la semaine écoulée. Le directeur de la discothèque Xindix avait sept grammes de haschisch et 10 doses de LSD en sa possession, lors d’une perquisition à son domicile le mercredi 5 septembre. Sa campagne, Karen Kolandavaloochetty, 25 ans, a également été arrêtée.

 

Peu après son arrestation, Sharris Sumputh a avoué aux limiers de l’Anti-Drug & Smuggling Unit que le haschisch était pour sa consommation personnelle alors que les 10 doses de LSD étaient destinées à des clients de sa discothèque. Le directeur de Xindix ainsi que sa compagne font l’objet d’une accusation provisoire de trafic de drogue. La police a objecté à leur remise en liberté sous caution.

 

Quelques mois plus tôt, soit le 1er février, Sharris Sumputh avait été arrêté lors de la descente d’une équipe de l’Emergency Response Service dans un hôtel étoilé à Balaclava. Sur place, les policiers avaient arrêté le directeur de la discothèque Xindix pour trafic de drogue. Ils avaient retrouvé, dans sa chambre, 4,7 grammes de haschich, des comprimés de psychotropes et une somme de Rs 148 000. Sa fiancée, qui était également présente à ce moment-là, avait été autorisée à Par contre, la police avait arrêté l’ami de Sharris Sumputh, Kumar Boyjoonauth, un habitant de Curepipe âgé de 27 ans et chef serveur de profession, qui était sur place.

 

Les deux hommes avaient déclaré que la drogue devait servir à leur consommation personnelle. Ils avaient toutefois été traduits en cour sous une accusation provisoire de trafic de drogue avant de retrouver la liberté conditionnelle une semaine plus tard. Tout laisse croire que Sharris Sumputh n’obtiendra pas de caution cette fois. Une source policière avance d’ailleurs qu’il risque une peine très lourde après sa récidive.