• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Poursuivi pour «molesting police officer on duty» : l’homme d’affaires Maulaboksh obtient le bénéfice du doute

L’habitant de Phoenix en compagnie de son avocat et de son épouse.

La magistrate Lambert-Henry siégeant au tribunal de Curepipe a accordé le bénéfice du doute à Shanawaz Maulaboksh huit ans après les faits qui lui étaient reprochés. L’homme d’affaires était poursuivi pour «molesting police officer on duty». 

«La vérité a fini par triompher !» C’est le cri de victoire de l’homme d’affaires Shanawaz Maulaboksh qui a dû attendre huit ans pour obtenir justice devant le tribunal de Curepipe. Il avait été arrêté le 26 février 2015 et poursuivi sous une accusation de «molesting police officer on duty». «Enn la polis ti fer enn fos deklarasion kont mwa kot li ti dir ki monn zour li. J’ai toujours nié les faits. Le policier en question avait une dent contre moi», précise-t-il. Shanawaz Maulaboksh avait en effet eu une altercation verbale avec le policier dans l’enceinte du tribunal de Curepipe où il était présent pour régler une amende mais il nie avoir malmené le policier. Il était défendu dans cette affaire par Me Ashley Hurhangee.

 

La magistrate Lambert-Henry siégeant au tribunal de Curepipe a prononcé un jugement en faveur de l’homme d’affaires à l’issue du procès le 16 août, lui accordant le bénéfice du doute après avoir pris en considération plusieurs faits importants. «The burden rests on the prosecution to prove its case beyond reasonable doubt against the accused. In absence of any independent witness called by the prosecution, the case was based solely on the testimony of (ndlr, le policier) as opposed to the non-guilty plea of the accused», note la magistrate Lambert-Henry.

 

Cette dernière a ainsi relevé plusieurs incohérences dans la version du policier qui avait porté plainte contre l’homme d’affaires : «I have therefore duly analysed the evidence adducted before me as well as the demeanour of (ndlr : le policier) in Court, I note that, although (ndlr, le policier) maintained his version throughout the  proceedings, he had much difficulty under cross-examination to explain some inconsistencies brought to light by the defence which seriously affect his credibility».

 

De plus, lors du procès, le Police Prosecutor avait découvert une fausse déposition dans le dossier à charge de Shanawaz Maulaboksh lors de l’audition d’un inspecteur de police affecté à Nouvelle-France. Ce dernier avait été convoqué comme témoin et a avancé que la déposition présentée n’était pas la sienne, qu’il ne s’agissait pas de son écriture et qu’il ne l’avait jamais signée. Le Police Prosecutor avait alors présenté une motion à la demande de Me Ashley Hurhangee pour produire la copie originale de ladite déposition. Il avait également fait part de son intention d’informer le Directeur des poursuites publiques de cette affaire. C’est la raison pour laquelle Shanawaz Maulaboksh et son avocat demandent au commissaire de police d’initier une enquête policière pour faire la lumière dessus.

 

«Ou finn deza trouv sa ou. Enn polisie pran so depozision li mem san okenn temwin. Seki pli grav ankor dan sa case-la, inn ena fos dokiman kinn prodwir lakour. Police Prosecutor ti prezant enn mosion pou fer enn lanket ladan. Dayer mo dimann komiser la polis fer enn lanket dan sa case forgery-la. Bizin ena pourswit ladan», l’habitant de Phoenix, tout de même soulagé que la justice ait tranché en sa faveur.