Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

Michael Fidel, 21 ans, rend l'âme une semaine après un accident de la route - Pascaline, sa soeur aînée : «Nous n'avons pas pu lui parler une dernière fois»

Le jeune homme attendait impatiemment la venue de son deuxième enfant.

Il devait bientôt se marier et allait être papa pour la seconde fois. Mais Michael Fidel, 21 ans, a été victime d'un accident de la route le dimanche 26 septembre. Il a rendu l'âme au bout d'une semaine. Sa sœur aînée, Pascaline Cupidon, témoigne. 

Il a perdu la vie quelques jours avant son mariage, alors que sa fiancée est enceinte de leur second enfant… Michael Fidel, un habitant de Résidence La Cure, âgé de 21 ans, a rendu l’âme au département des soins intensifs de l’hôpital Jeetoo le dimanche 3 octobre. Il avait été hospitalisé une semaine plus tôt, grièvement blessé après une sortie de route à moto. Une autopsie a attribué son décès à des cranio cerebral injuries.

 

En effet, le dimanche 26 septembre, le jeune homme a enfourché une moto pour se rendre chez des amis mais n’est jamais rentré chez lui. Vers 15 heures, ce jour-là, des limiers du poste de police d’Abercrombie l’ont retrouvé gisant sur l’asphalte, à côté de son deux-roues, aux abords la rue Le Cornu, à Sainte-Croix. Le jeune homme était inconscient et portait de graves blessures, notamment à la tête. Il a été conduit d’urgence à l’hôpital par les premiers secours et a été admis à l’Intensive Care Unit (ICU) de l’établissement. «Ma mère a appris la nouvelle à travers les services de police», confie la sœur aînée de Michael Fidel, Pascaline Cupidon. «C’est ensuite ma grand-mère qui m’a contactée pour m’informer de l’accident.»

 

Durant les jours qui ont suivi, ses proches n’ont cessé de dire des prières dans l’espoir que le père de famille se remette, enchaînant les allers et retours à l’hôpital. «Il n’a jamais regagné connaissance. Ce sont des appareils qui le maintenaient en vie. Nous n’avons pas pu lui parler une dernière fois», regrette Pascaline Cupidon.

 

Le dimanche 3 octobre, son frère a poussé son dernier soupir quelques minutes après les heures de visite. «Nous venions de rentrer de l’hôpital lorsque les médecins nous ont contactés pour nous annoncer la mauvaise nouvelle», se désole notre interlocutrice. Un décès qui survient à quelques jours de deux grands événements. Car le 19 octobre, Michael Fidel devait épouser sa compagne et cette dernière est enceinte de leur second enfant dont l’arrivée est prévue pour dans un peu plus d’un mois.

 

Cadet d’une fratrie de six enfants, le jeune homme était «sympathique, amical et populaire», selon son entourage. «Li ti bien kontan amize. Récemment, il répétait souvent qu’il voulait que nous passions le Nouvel an tous ensemble.»

 

Papa d’une fillette de 3 ans, Michael Fidel avait d’innombrables projets pour sa petite famille qui va bientôt s’agrandir avec l’arrivée d’un autre enfant. Mais le destin en a décidé autrement. Ses funérailles ont eu lieu le lundi 4 octobre.