• Jenny’s Nailbar : La beauté jusqu’au bout des ongles
  • Le Comité Organisateur des Jeux des îles lâche Grey
  • Diya One s’implante à Maurice
  • Inter Régions : Mangalkhan SC et Grande-Rivière Noire WC, dans la cour des grands
  • Tian et son nouvel élan musical
  • Phyllisia Ross : «Je ressens beaucoup de love à Maurice»
  • Partaz To Kreasion : des jeunes, de l’espoir...
  • Gymnastique rythmique : Les Mauriciennes font bonne figure à La Réunion
  • La belle croisière scientifique de la Mauricienne Pavanee Annasawmy
  • Badminton - Internationaux de Maurice : Vingt pays attendus en juin

Mère et fils meurent dans un incendie criminel en France : Les dépouilles de Revena et de son fils Adel rapatriées cette semaine

Mère et fils ont péri dans un incendie meurtrier, alors qu’ils se trouvaient dans leur appartement à Paris.

Les membres des familles Hollandais et Allas pourront rendre un dernier hommage à Revena et à son fils Adel. La dépouille de la jeune femme et celle de son fils seront rapatriées cette semaine. «On prévoit le rapatriement cette semaine mais tout cela reste à confirmer», nous dit Kevin Ladouceur, l’avocat de Rudy Allas qui se trouve toujours en France pour faciliter les démarches. Son homme de loi explique que les frais du rapatriement seront financés par la famille, les amis, les dons obtenus par des particuliers. «Une partie des frais sera également prise en charge par Air Mauritius à la demande de l’ambassade de Maurice en France», souligne Me Kevin Ladouceur.

 

Revena Hollandais, 37 ans, et son fils Adel Allas, 16 ans, sont morts après un incendie meurtrier dans le 16e arrondissement à Paris, en France où ils habitaient depuis quatre ans. Le terrible drame s’est produit dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 février 2019. Le bilan est de dix morts, y compris nos deux compatriotes Revena et Adel. Cet incendie meurtrier a également fait une trentaine de blessés. Les premiers éléments de l’enquête policière indiquent qu’il s’agirait d’un acte criminel. Une habitante de l’immeuble a été interpellée dans cette affaire. Cette dernière aurait des «antécédents psychiatriques». Elle avait été «arrêtée en état d’alcoolémie alors qu’elle tentait de mettre le feu à une voiture», a indiqué une source policière à l’Agence France Presse.

 

La police française a déjà ouvert une enquête pour «destruction volontaire par incendie ayant entraîné la mort». Ladite enquête est confiée à des juges d’instruction. La suspecte est, pour sa part, placée sous surveillance à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. La presse française nous apprend qu’elle a fait, au total, 13 séjours en hôpital psychiatrique en cinq ans.

 

Cet incendie est le plus meurtrier à Paris après celui du 26 août 2005. Ce jour-là, un autre incendie criminel avait fait 17 morts dans un immeuble. 14 ans plus tard, une autre tragédie frappe Paris et plonge des dizaines de familles dans une profonde tristesse. Les Hollandais et les Allas à Maurice ne diront pas le contraire.