Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Lutte antidrogue : le présumé trafiquant John Vivien Brant, victime d’un coup monté ?

Il a retrouvé la liberté conditionnelle le 4 juin.

Son arrestation remonte au mercredi 29 avril, à Cité Sainte-Claire, au cours d’une opération de la brigade antidrogue. Ce jour-là, les limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) ont passé les menottes à John Vivien Brant, aussi connu sous le nom de John Brown, un habitant de la localité, car il aurait eu, en sa possession, plusieurs doses d’héroïne et de drogue synthétique dont la valeur marchande s’élève à environ Rs 1,3 million. Or, depuis peu, cette affaire provoque pas mal d’agitation aux Casernes centrales.

 

Le présumé trafiquant John Vivien Brant, qui a retrouvé la liberté conditionnelle le jeudi 4 juin, aurait-il été victime d’un coup monté ? C’est, en tout cas, ce qu’il a déclaré à ses hommes de loi, Mes Gavin Glover, Sajeev Teeluckdharry et Sailesh Seebaruth. 

 

Pour les besoins de cette enquête, le bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP) avait exigé que les images des caméras de surveillance situées à proximité du domicile du principal concerné soient visionnées. Celles-ci ont démontré que la version avancée dans le rapport rédigé par l’équipe de l’ADSU s’étant chargée de son arrestation ne correspondait pas. Les éléments de la brigade antidrogue de la division Est avaient soutenu avoir appréhendé le suspect avec la drogue en face de son domicile. Tandis que les images des caméras de surveillance situées chez lui et chez son voisin auraient démontré qu’il avait uniquement un téléphone portable à la main lorsqu’il est sorti de sa maison à l’arrivée de la police ce jour-là. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la liberté conditionnelle lui a été accordée. 

 

Afin que cette enquête se déroule dans la transparence, une autre équipe de l’ADSU a pris le relais. Le DPP a réclamé une enquête sur le déroulement de cette opération. De leur côté, les proches de John Vivien Brant ont rapporté le cas à l’Independent Police Complaints Commission.

 

Par ailleurs, le jour de l’arrestation de John Vivien Brant le mercredi 29 avril, deux autres individus avaient également été arrêtés avec de la drogue. Il s’agit de Jean-Noël Pascal Juliette, 39 ans, et Nicholas Josian Antonio Juliette, 41 ans. Tous deux clament également leur innocence dans cette affaire.

 


 

Un couple arrêté pour trafic de drogue synthétique

 

Joli coup de filet des limiers de la brigade antidrogue de la Southern Division le lundi 8 juin. Lors d’une opération dans la région de Surinam, ils ont procédé à l’arrestation d’un couple : Michael Clady Theophile, un habitant de Beau-Bassin âgé de 30 ans, et Marie Christine Barasia, une habitante de Rose-Belle âgée de 24 ans. Ils avaient, en leur possession, 418 doses de drogue synthétique, une certaine quantité de cette drogue, ainsi que la somme de Rs 7 975, que les enquêteurs soupçonnent de provenir de ce commerce illicite. Leurs domiciles respectifs ont été fouillés mais rien d’incriminant n’y a été découvert. Ils ont tous les deux comparu en cour pour possession de drogue synthétique destinée à la revente et ont été placés en détention.