• Soan, gagnant de The Voice 2019 : nouveau single et film en approche
  • Espagne vs Allemagne : duel explosif
  • Police douteuse, interrogations légitimes !
  • 35e journée : Triple Fate Line comme à l’entraînement
  • Duke Of York Cup : Frosted Gold vise un troisième succès classique
  • Ces nouvelles «World Cup Songs»
  • Ils s’en foot !
  • Dans l’univers des mordus du Panini
  • World Cup 2022 : paroles d'enfants
  • Retraite internationale : The Last Dance

La veuve Kistnen réclame Rs 50 M à Sawmynaden

L’affaire d’emploi fictif comme Constituency Clerk a franchi une étape importante. Pazhany Rengasamy, l’avoué de Simla Kistnen, a servi une mise en demeure à Yogida Sawmynaden durant la semaine écoulée. La veuve de Soopramanien Kistnen réclame Rs 50 millions à l’ancien ministre du Commerce. 

Deux enquêtes sont déjà en cours à ce sujet depuis décembre 2020 au niveau du Central Criminal Investigation Department (CCID) et de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC).

 

Cette affaire éclate, en effet, en 2020, lorsque la demande de Simla Kistnen pour obtenir la wage assistance – proposée par le gouvernement après le premier confinement sanitaire – est rejetée par la Mauritius Revenue Authority (MRA). L’épouse de l’ancien agent du MSM au no 8, Soopramanien Kistnen, apprend avec stupeur que c’est parce qu’elle aurait été employée comme Constituency Clerk par l’ancien ministre Sawmynaden et recevait un salaire de Rs 15 000 par mois. Ce qui n’a jamais été le cas, assure-t-elle. L’habitante de Montagne-Ory a alors porté plainte dans ce sens à la police et à la commission anti-corruption.

 

Dans sa mise en demeure, la veuve Kistnen avance que le député Sawmynaden aurait agi de mauvaise foi à son égard en faisant une fausse déclaration à la MRA et au National Pensions Scheme. En plus de la résolution de cette affaire, Simla Kistnen veut plus que tout que justice soit rendue à son époux assassiné, dont la dépouille complètement calcinée a été retrouvée dans un champ de cannes à Telfair le 16 octobre 2020. «Mo zis anvi ki mo misie gagn la zistis pou ki so lam kapav repoz en paix.»