Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Covid-19, la récidive
  • New Children’s Act : ce qui change pour les enfants
  • Obituaire : France Jonas raconté par Tony François
  • Agression mortelle à Bambous : Nicolas Manooveloo meurt après un violent coup de couteau à la cuisse
  • Yushi Ramah, 17 ans, meurt à l’hôpital ENT - Son oncle Anil : «Nou res bet kouma linn gagn sa infeksion poumon-la alor ki so kat test Covid ti negatif !»
  • Décès de Rajah Madhewoo, Samuel Wong et Ismet Abdoolah : l’adieu à des citoyens engagés
  • IBA Act : amendements et mécontentements
  • Honte aux assassins de la démocratie !
  • Covid-19 : une nouvelle semaine sous haute tension
  • Suspension des vols avec l’Afrique du Sud : Incompréhension et affolement chez les Mauriciens de là-bas

Kevin Toocoobah, 29 ans, meurt noyé à l’île-aux-Bénitiers - Son épouse Sandra : «Ce n’est pas évident d’être veuve à 25 ans»

Il avait d’innombrables projets pour sa femme et son fils de 20 mois.

Il a toujours été un bon nageur mais c’est tout de même la mer qui a emporté Kevin Toocoobah, un skipper de 29 ans, le lundi 8 novembre. Ce jour-là, il travaillait lorsqu’il s’est retrouvé en difficulté dans le lagon à l’île-aux-Bénitiers. Il n’a pas survécu. Affligée par sa disparition tragique, Sandra, son épouse, se confie.

Ils ont fait connaissance il y a quatre ans et se sont dit «oui» il y a trois ans. Comme tous les jeunes couples, Kevin Toocoobah, 29 ans, et son épouse Sandra, 25 ans, avaient des projets plein la tête, notamment pour leur fils de 20 mois. Et ils étaient convaincus qu’ils auraient toute la vie devant eux pour les concrétiser. Mais le jeune père de famille a trouvé la mort dans des circonstances tragiques sur son lieu de travail le lundi 8 novembre. Ce jour-là, Kevin Toocoobah, qui exerce le métier de skipper depuis plusieurs années, s’est retrouvé en difficulté dans l’eau à l’île-aux-Bénitiers et a péri noyé, lui qui a pourtant toujours été un bon nageur.

 

La nouvelle de son décès a été dure à encaisser pour Sandra. Elle se souvient dans les moindres détails de cet appel téléphonique ayant bouleversé sa vie à jamais : «C’est la soeur de mon époux qui m’a contactée pour m’annoncer sa mort. Elle avait, elle-même, appris la nouvelle de son époux qui est également skipper.» Aussitôt, son monde s’est écroulé. «Nous voulions, entre autres, faire l’acquisition d’une voiture. Vu que nous avons toujours vécu au jour le jour, nous n’en avions pas fait une priorité, pensant que nous aurions tout le temps nécessaire afin de réaliser ce projet. C’est vraiment douloureux de le perdre dans ces circonstances. Ce n’est pas évident d’être veuve à l’âge de 25 ans, à quelques jours de mon anniversaire», se désole Sandra.

 

Malaise

 

Le drame s’est produit vers 15 heures le 8 novembre. Kevin Toocoobah se trouvait à bord du bateau de plaisance Lady Anne lorsqu’il a fait un malaise. Il s’est alors retrouvé en difficulté dans l’eau, à l’île-aux-Bénitiers. L’alerte a été donnée par un collègue du jeune homme, également skipper, qui a contacté l’operation room de la National Coast Guard (NCG). Les gardes-côtes n’ont pas tardé à arriver sur les lieux pour l’extirper de l’eau. Le jeune homme a été conduit à l’hôpital Yves Cantin par la police. Son décès a été constaté sur place. Une autopsie a été pratiquée et a attribué sa mort à une asphyxie provoquée par la noyade.

 

Dans son entourage, Kevin Toocoobah est décrit comme un homme calme, sympathique et travailleur. Passionné par la mer, il exerçait le métier de skipper depuis l’âge de 17 ans et son gagne-pain était devenu son passe-temps préféré. «Il aimait tellement son emploi qu’il y passait le plus clair de son temps», confie Sandra. Attentionné et attentif, il a toujours veillé à ce que les gens qu’il aime ne manquent de rien. «Il n’était pas seulement mon époux mais aussi mon ami et mon confident. Lorsque j’ai traversé des moments difficiles à cause de mes problèmes de santé, il m’a épaulée», raconte Sandra, bouleversée.

 

Il était également un père exceptionnel, poursuit-elle. «Tous les jours, il donnait le bain à notre fils et le couchait. Il avait tout ce dont on puisse rêver chez un partenaire et un père. Vu que notre enfant est encore trop jeune pour comprendre ce qui a pu lui arriver, il le réclame encore chaque soir», s’attriste-t-elle.

 

Les funérailles de Kevin Toocoobah ont eu lieu le mardi 9 novembre.