Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Adilla Diouman-Mosafeer : «Pour avancer positivement, nous devons sortir de notre zone de confort et être créatifs»
  • Décès tragique de Bhoomi, 14 ans, neuf ans après l’assassinat de sa mère : l’horrible destin des sœurs Ramotar
  • Evénement : visite d’une sommité de l’athlétisme
  • Un arbitre mauricien à la CAN 2021 - Shabneez Heeralall : «Mon époux, ma fierté»
  • Thaipoosam Cavadee : quand ferveur rime avec restrictions sanitaires
  • Le couple Persand dédommagé de Rs 1,5 M après une négligence médicale - Ganeshan, père du nourrisson décédé : «Nous aurions préféré que notre enfant soit là»
  • Élections régionales : les Rodriguais en quête de progrès
  • Législatives 2019 - Vers un «recount» au n° 19 : les chiffres du rebondissement
  • Une énième «unité» pour affronter le pouvoir !
  • Campagne de vaccination contre la Covid-19 : entre sursis et accélération

Jemmy Armel, 30 ans, meurt noyée en tentant de sauver son amie : sa famille réclame une enquête approfondie

La trentenaire laisse derrière elle un fils et une fille.

Elle aurait perdu la vie, ce mardi 7 décembre, en se jetant dans un canal d’alimentation pour sauver son amie. Malheureusement, Jemmy Armel, une habitante de St-Pierre de 30 ans, a succombé à la noyade tandis que son amie a pu s’en sortir. Ses proches, dans le flou, comptent sur la police afin de tirer cette affaire au clair. Ils témoignent.

Les circonstances dans lesquelles elle a perdu la vie sont dramatiques, voire tragiques. Jemmy Armel, une habitante de St-Pierre qui vient tout juste de célébrer ses 30 ans, a trouvé la mort après avoir plongé dans un canal d’alimentation aux alentours de 17 heures, le mardi 7 décembre. Elle se serait jetée à l’eau en voulant venir en aide à son amie, qui s’était retrouvée en difficulté après avoir glissé dans le bassin. Malheureusement, elle a été emportée par le courant. Ce n’est qu’aux petites heures du matin, le lendemain, que le corps sans vie de la trentenaire a été repêché par les hommes en noir. Si l’enquête a conclu à un triste et terrible accident, les proches de la trentenaire, toujours dans le doute, réclament une investigation plus approfondie.

 

Séparée de son conjoint depuis plusieurs années, Jemmy, aussi connue sous le nom de Sandra, était l’heureuse maman de deux enfants : un fils de 9 ans et une fille de 12 ans. «Ils étaient toute sa vie. Elle était une mère célibataire et faisait tout pour les rendre heureux. Son rêve le plus cher était de pouvoir leur offrir tout ce dont ils avaient besoin», confie une cousine. Pour ce faire, elle travaillait très dur : elle était serveuse dans un restaurant au centre commercial de Bagatelle. Joviale et souriante en toute circonstance, la jeune femme était le rayon de soleil de sa famille. «À chacune de nos réunions familiales, elle était la première à mettre l’ambiance. Elle répandait la joie autour d’elle et était quelqu’un sur qui on pouvait compter.» Sa disparition subite et dramatique a fait l’effet d’une bombe dans son entourage, qui peine à se relever après cette tragédie.

 

Plus tôt, le jour fatidique, Jemmy se trouvait aux abords d’un canal d’alimentation à la Branch Road de Mont-Ida. Elle s’y était rendue, accompagnée de son amie Marianne* - une habitante de la localité âgée de 27 ans - pour une partie de beuverie lorsque les choses ont pris une tournure cauchemardesque. Soumise à un feu roulant de questions, cette dernière a expliqué aux enquêteurs avoir perdu l’équilibre et s’être retrouvée dans l’eau lorsqu’elles étaient sur place. Ayant des difficultés à remonter à la surface, Jemmy aurait alors plongé et tenté de lui venir en aide, en vain. Pour cause, les deux femmes auraient toutes les deux été emportées par le courant. C’est avec beaucoup de difficulté que Marianne aurait fini par atteindre la berge pour se rendre compte que la trentenaire était, pour sa part, introuvable.

 

Dans un moment de panique, a-t-elle déclaré, elle aurait quitté les lieux pour aller demander de l’aide à son entourage. Elle a conduit son frère sur le lieu du drame mais n’ayant toujours aucune trace de la trentenaire, tous deux ont fini par alerter les limiers du poste de police de Camp de Masque. Aussitôt, les forces régulières, la Divisional Supporting Unit (DSU) de Moka et une équipe du Groupe d’intervention de la Police Mauricienne (GIPM) se sont rendus jusqu’au lieu du drame pour entamer les recherches. Celles-ci ont été entreprises de Mont-Ida à St-Julien d’Hotman. Ce n’est qu’aux petites heures du matin, le mercredi 8 décembre, que le corps sans vie de la trentenaire a été retrouvé, accroché à une grille métallique dans le canal d’alimentation, dans les parages de St-Julien. Une autopsie a été pratiquée et a conclu qu’elle avait succombé à une asphyxie provoquée par la noyade.

 

Si, pour l’heure, la police a conclu à un accident, les proches de Jemmy estiment qu’une enquête approfondie devrait avoir lieu pour diverses raisons. «Lorsque son corps a été retrouvé, elle n’avait plus ses vêtements. Puis, son portefeuille a disparu. Nous nous demandons également pourquoi elle se serait jetée à l’eau pour sauver quelqu’un alors qu’elle ne savait pas nager», s’interrogent ses proches. Ils envisagent d’aller de l’avant avec cette affaire durant les jours à venir. Anéantie, sa cousine déclare que «Se enn mari sok pou nou fami. Après avoir perdu notre père il y a deux mois et notre sœur il y a une semaine, nous la perdons elle. Enn dimounn kouma li, nou pa pou regagne ankor.»