Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Jean Eric Genave décède huit jours après son accident - Sa mère : «Nous avons toujours du mal à croire qu’il n’est plus parmi nous»

Une septicémie a eu raison de lui. Jean Eric Genave, 44 ans, est décédé le dimanche 19 juillet, soit huit jours après avoir été victime d’un accident de la route. Affligée par sa disparition subite et tragique, et le cœur lourd de chagrin, sa mère Jeanette se confie...

Il a eu le poumon perforé, a été grièvement blessé à la tête et a dû subir une délicate intervention chirurgicale à un genou. Mais, malgré tout, son entourage espérait qu’il allait finir par s’en sortir. Malheureusement, Jean Eric Genave, 44 ans, a fini par rendre l’âme le dimanche 19 juillet, soit huit jours après son admission aux soins intensifs de l’hôpital Jeetoo, suivant un accident de la route. Une autopsie a attribué le décès de cet habitant de Baie-du-Tombeau à une septicémie.

 

Le drame s’est produit le samedi 11 juillet, dans la matinée. Ce jour-là, Jean Eric Genave avait quitté son domicile sans dire à ses proches où il se rendait. Ce n’est que quelques heures plus tard que ces derniers ont appris qu’il avait été victime d’un grave accident de la route aux abords de la route Cocoterie, à Roche-Bois, aux alentours de 7 heures. Le quadragénaire pilotait une moto lorsque celle-ci est entrée en collision avec un autre deux-roues. Grièvement blessés, les deux motocyclistes ont été conduits à l’hôpital Jeetoo où ils ont été admis aux soins intensifs. Mais le dimanche 19 juillet, Jean Eric Genave a fini par succomber à ses blessures, alors que l’état de santé de l’autre motocycliste, un habitant de Cité Ducray, Ste-Croix, inspire toujours de vives inquiétudes.

 

La voix cassée par l’émotion, Jeanette, la mère de la victime, se confie : «Nous savions que son état de santé était sérieux, nous voyions qu’il souffrait, mais nous ne nous attendions pas à le perdre dans de telles circonstances. Depuis qu’il nous a quittés, toute la famille est complètement anéantie. Nous avons toujours du mal à croire qu’il n’est plus parmi nous.»

 

Jean Eric Genave était papa de trois filles et deux garçons, qu’il a eus avec sa première compagne. Lorsque celle-ci est décédée des suites d’une longue maladie il y a deux ans, deux de ses cinq enfants sont venus s’installer chez lui. «Ses trois filles, qui sont plus jeunes, ont dû être placées dans un foyer parce que sa maison n’était pas suffisamment grande pour tous les accueillir. Son plus grand rêve était d’ailleurs de faire construire une plus grande maison pour qu’il puisse ainsi avoir un toit suffisamment convenable pour récupérer la garde de ses trois filles», regrette notre interlocutrice. 

 

Jean Eric Genave allait également devenir à nouveau papa. Son actuelle compagne attend des jumeaux ; l’accouchement est prévu pour dans un mois. Des enfants qu’il ne verra, hélas, pas grandir. De Jean Eric Genave, ses proches garderont le souvenir d’un homme «sympathique, ki ti kontan koze riye, et qui adorait passer du temps avec ses amis». Ses funérailles ont eu lieu le lundi 20 juillet, en présence d’amis et de proches venus lui rendre un dernier hommage.

 


 

Deux autres victimes sur nos routes

 

Deonarain Haulkory, un habitant de Quatre-Bornes âgé de 84 ans, a été victime d’un accident le dimanche 19 juillet. Ce jour-là, l’octogénaire était au volant de sa voiture à Triolet et se dirigeait vers Port-Louis lorsqu’il a perdu le contrôle de son véhicule. Il a terminé sa course contre une barrière et est mort sur le coup. Une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes du drame.

 

La route a fait une autre victime le jeudi 23 juillet. Un piéton a été renversé par une voiture sur la route principale de Moka, près de Chantefrais. Il a d’abord été conduit au Moka Eye Hospital dans une ambulance, avant d’être transféré à l’hôpital Jeetoo, où son décès a été constaté. La conductrice du véhicule impliqué, une habitante de Montagne-Longue âgée de 27 ans, a été soumise à un alcootest qui s’est révélé négatif. Une accusation provisoire d’homicide involontaire a été logée contre elle. Elle a été libérée sur parole. La victime n'a pu être identifiée que le lendemain. Il s'agit de Leckraj Bundhoo, un habitant de Medine, Bambous, âgé de 31 ans. Sa fiancée avait rapporté sa disparition, n'ayant plus de nouvelles. C'est finalement sa soeur qui l'a positivement identifié à la morgue.