• United Colors : Zulu annonce la couleur
  • Shotokan Martial Arts Federation (SMAF) : Couvre-feu sur les compétitions à l’étranger
  • Meurtre de Ritesh Gobin, 11 ans, en 2018 : le meurtrier présumé Sachin Tetree sur le banc des Assises
  • Kesweena Tacoorpersand et Uzma Peeroo : des femmes au cœur des chantiers
  • Manan Fakoo tué par balles : la terrible fin d’un homme au passé tumultueux
  • Zones d'ombre autour de la mort de Kanakiah et Kistnen : deux veuves à la recherche de la vérité sur la mort de leur mari
  • Décès du triathlète Jayrajsing Hazareesing au Morne | Son épouse : «C’était un homme exemplaire»
  • FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…

Incidents devant le tribunal de Mahébourg : les frères Dardenne blanchis

Arrêtés le 22 août suite à la plainte d’un agent de Sudheer Maudhoo, ils faisaient l’objet d’une accusation provisoire d’assault with premeditation et de rogue and vagabond. Mais le mardi 17 novembre, ces charges ont été rayées par le magistrat Patten en cour de Mahébourg.

 

Celles-ci font suite aux incidents survenus devant le tribunal de Mahébourg, le vendredi 21 août, lors de la comparution des ministres Kavy Ramano et Sudheer Maudhoo dans le cadre de l’enquête initiée sur la fuite de fioul provenant du MV Wakashio. Arrêtés le lendemain matin, Josué et Jonathan Dardenne, des plaisanciers domiciliés à Trou-d’Eau-Douce, avaient passé une nuit en détention avant d’obtenir la liberté sous caution. Ils étaient défendus par un panel d’avocats, composé des Mes Rouben Mooroongapillay, Chetan Baboolall, Neelkanth Dulloo et Olivier Barbe, entre autres. Ces derniers avaient déposé une motion pour la radiation des charges.

 

C’est donc le sourire aux lèvres, accompagné de Me Chetan Baboolall, que les frères Dardenne ont quitté le tribunal de Mahébourg ce mardi 17 novembre. «Les avocats présents depuis le début de cette affaire avaient indiqué qu’il n’y avait aucune preuve justifiant l’arrestation des frères Dardenne. Nous nous étions présentés en cour à plusieurs reprises, avions déposé une motion pour la radiation des charges.

 

Aujourd’hui, c’est un ouf de soulagement que peut pousser la famille Dardenne. La vérité a triomphé. Nous félicitons le Directeur des poursuites publiques d’avoir respecté notre Constitution ; nous pouvons encore croire dans le judiciaire», a déclaré leur homme de loi.  Les frères Dardenne comptent à présent se concerter afin de décider de la marche à suivre et des actions légales à entreprendre dans le cadre de cette affaire.