• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Importation de drogue : deux Nigérians restituent plus de Rs 39 M d'héroïne

Peter Chinonso Nkemjika et Justina Ngozi Obiabusi ont participé à une opération de livraison contrôlée qui n’a rien donné.

L’Anti-Drug & Smuggling Unit enchaîne les arrestations. Rien que cette semaine, deux Nigérians et un Mauricien ont été interpellés. Ils restent en détention.

Ils ont tenté d’échapper à la vigilance des limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) en se faisant passer pour un couple d’amoureux ayant prévu un séjour romantique dans l’île. Mais le mercredi 20 avril, ces deux ressortissants nigérians – Peter Chinonso Nkemjika, un plombier de 38 ans, et Justina Ngozi Obiabusi, 45 ans, se présentant comme une femme d’affaires – n’ont pas tardé à attirer l’attention des officiers de la brigade antidrogue et de la Customs Anti-Narcotics Section (CANS) à leur descente d’avion, à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam. Ils sont arrivés aux alentours de 4 heures, à bord du vol KQ 274, en provenance de Nairobi, Kenya.

 

Au départ, ils ne présentaient aucun comportement suspect, prenant leur temps avant de quitter le Green Channel. Interpellés, ils ont prétendu qu’ils étaient venus passer des vacances en amoureux dans un hôtel situé dans le Nord de l’île pour une période de dix jours. Mais ils ont éveillé les soupçons des enquêteurs lorsqu’ils étaient incapables de répondre à des questions personnelles de l’un sur l’autre. Ils ont alors été soumis à une fouille corporelle qui n’a rien donné. Leurs bagages ont également été passés au crible mais rien de compromettant n’a été découvert. C’est finalement le nouveau scanner de la Mauritius Revenue Authority (MRA), qui vient d’être installé à l’aéroport, qui a permis aux enquêteurs de déceler des corps étrangers chez les suspects. Ces derniers ont alors avoué avoir ingurgité plusieurs boulettes de drogue.

 

Sans tarder, les officiers de l’ADSU ont mis sur pied une opération de livraison contrôlée. Peter Chinonso Nkemjika et Justina Ngozi Obiabusi ont été autorisés à quitter l’aéroport, tout en restant sous étroite surveillance, et se sont rendus dans leur hôtel à Trou-aux-Biches, en taxi. Si personne ne s’est présenté sur place, les deux Nigérians ont, par la suite, reçu un appel de l’étranger, leur demandant de se rendre dans un hôtel à Mahébourg. Ils ont suivi les instructions, tout en étant toujours surveillés par les limiers de la brigade antidrogue, mais l’opération a été annulée cinq jours plus tard car leur contact local ne s’est jamais présenté. Entre-temps, ils ont restitué 62 et 57 boulettes d’héroïne respectivement, soit l’équivalant de 2 503 g de drogue, dont la valeur marchande s’élève à plus de Rs 39 millions.

 

Pour ce premier séjour dans l’île, Peter Chinonso Nkemjika a terminé au centre de détention de Vacoas, alors que sa complice a été placée en détention au poste de police de Sodnac. Ils répondent chacun d’une accusation provisoire d’importation of dangerous drugs with an averment of trafficking. Ils seront interrogés incessamment.

 


 

Pluie d'opérations fructueuses pour l'ADSU

 

Jean François Zama a été appréhendé alors qu’il cueillait des feuilles de cannabis. 

 

Les limiers de la brigade antidrogue n'ont pas chômé durant la semaine écoulée. Après une impressionnante saisie de drogue à l'aéroport, c'est dans les parages de Plaine-des-Roches qu'est survenue une autre opération fructueuse le mardi 26 avril, sur un terrain boisé. Après avoir obtenu certaines informations, les enquêteurs se sont rendus sur place, ce jour-là, à la mi-journée. Lors d'une battue, ils sont tombés sur Jean-François Zama – un habitant de Cité Argy, Flacq, âgé de 57 ans – qui cueillait des feuilles de cannabis. Il a été arrêté avec 6 g de cette drogue. Durant cette même opération, 69 plants de cannabis, mesurant entre 8 cm et 54 cm, ont été déracinés. Leur valeur marchande s'élève à Rs 210 600. Le quinquagénaire a été placé en détention.

 

Par ailleurs, une autre opération fructueuse est survenue à Terre-Rouge, au domicile de Judex Celeste. Ce maçon de 39 ans a été appréhendé en possession de 850 g de drogue synthétique et d'une certaine quantité de gandia et de graines de cannabis. Il a aussi été placé en détention.