• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Hit-and-run sur le caporal Manoj Cowlessur | Son frère Soorooj : «La famille passe par une terrible épreuve»

À hier matin, l’état de santé du coporal Cowlessur inquiétait ses proches.

Ils ont le cœur lourd. Chez les Cowlessur, à Goodlands, le temps s’est arrêté et les visages affichent le désarroi. La joie et l’emballement d’accueillir la nouvelle année ont laissé place à la tristesse. Le vendredi 4 janvier dans l’après-midi, un des leurs, Manoj, 52 ans, un caporal affecté au poste de police de Plaine-des-Papayes, a été victime d’un hit-and-run à Goodlands, alors qu’il était à moto. Depuis, son état de santé inspire de vives inquiétudes. «La famille passe par une terrible épreuve. Son état n’a pas évolué. Le médecin nous a dit que son cas est grave. Il nous faut maintenant attendre et voir comment les choses évoluent. C’est quelque chose de pénible à vivre», confie Soorooj, le frère de la victime.

 

C’est peu après 17 heures que le drame s’est produit. Le caporal Cowlessur, marié et papa de deux filles, avait enfourché sa moto pour aller acheter de la viande quand il a été percuté et renversé par une voiture qui ne s’est pas arrêtée. Si le policier se trouve actuellement aux soins intensifs de l’hôpital SSRN de Pamplemousses, le chauffeur de la voiture incriminée a, lui, été arrêté vendredi. Il ne possède pas de permis de conduire et sa voiture n’est pas enregistrée. Autant d’éléments qui affectent davantage la famille Cowlessur. «C’est un moment très dur à vivre. On ne mange pas, on ne pense qu’à ça. C’est impossible de reprendre une vie normale», ajoute Soorooj qui revenait de l’hôpital après avoir rendu visite à son frère. «Notre mère est très affectée car on s’apprêtait à fêter son anniversaire. Ça devait être festif et on se retrouve tous plongés dans une grande peine. Il avait invité les proches pour passer du temps ensemble. Il avait déjà commencé les préparatifs et il était sorti pour acheter de la viande.» La fille de Manoj Cowlessur est aussi affectée. «On ne peut que garder espoir», dit Ashna, 22 ans. Pour elle, «c’est très difficile à vivre, cette situation».

 

Le chauffeur, un jeune homme de 20 ans, a déclaré qu’il s’est enfui après l’accident parce qu’il avait pris peur. Il a comparu devant le tribunal de Pamplemousses et une charge provisoire de «causing involuntary wounds and blows by imprudence» pèse sur lui. Il est détenu en cellule policière.