Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Piratage de Facebook : ne paniquez pas !
  • Ramadan, Ugadi, Varusha Pirappu : Jeûne, piété et réjouissances
  • Highlands : en zone… d’inquiétude
  • Tottenham vs Man Utd : les Mancuniens en quête de revanche
  • Yeh Jawaani Hai Deewani : amis pour la vie
  • New Amsterdam : cet hôpital qui enchante les Mauriciens
  • Zones rouges : ce qui change
  • La démocratie sous respiration artificielle !
  • Judo à Rodrigues : le DTN Baptiste Leroy satisfait de sa visite
  • « Touni »… mais non

Enquête judiciaire : Bonomally, la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Kistnen ?

Il risque deux ans de prison s’il est trouvé coupable de parjure.

Ce Marketing Manager qui a connu une riche carrière comme footballeur de haut niveau et comme journaliste sportif risque un maximum de deux ans de prison s’il est trouvé coupable d’avoir menti en cour lors de son audition lors des travaux de l’enquête judiciaire sur le décès troublant de Soopramanien Kistnen. Alors que son témoignage s’avère crucial dans le cadre de cette affaire. 

«You are a blatant liar.» Me Azam Neerooa du bureau du Directeur des poursuites publiques n’a pas été tendre à l’égard de Deepak Bonomally. L’avocat Roshi Badhain des «Avengers» n’a non plus été doux envers celui qu'il qualifie de «compulsive liar», car il aurait menti à plusieurs reprises sous serment en cour lors de son audition dans le cadre des travaux de l’enquête judiciaire sur le décès troublant de Soopramanien Kistnen. L’ancien footballeur de haut niveau et journaliste sportif risque d’ailleurs un maximum de deux ans de prison s’il est trouvé coupable de parjure en cour comme le stipule la section 126 du District and Intermediate Court Act. C’est ce lundi 1er mars que la magistrate Vidya Mungroo-Jagurnath rendra son ruling à cet effet.

 

Deepak Bonomally a été auditionné devant le tribunal de Moka à trois reprises. La dernière a été marquée par une sortie en règle de Me Neerooa contre lui. «Ena limit dan koz manti. Ou pe kasiet la verite. Ou pe protez kikenn», lui a lancé le représentant du bureau du DPP après l’avoir mis devant des faits difficiles à réfuter, démontrant qu’il aurait menti sur son adresse actuelle ainsi que sur l’occupation d’un bureau pour le compte de la compagnie Bo Digital qui se trouve à la rue Cossigny, à Quatre-Bornes. Deepak Bonomally intéresse Me Neerooa et les «Avengers» à cause de ses liens avec l’homme d’affaires Vinay Appanna. «Misie Kistnen ti o kouran tou zot bann tranzaksion medikal ek piblisite. Li ti zwenn misie Appanna ek ou. Li ti pe dimann zot kas parski li pa ti gagn nanie», lui a lancé Me Neerooa après avoir remercié la police qui lui a permis d’avoir des informations importantes et contradictoires sur ce témoin.

 

Acculé, Bonomally s’est contenté de répondre «mo pa kone» ou encore «zame». Son avocat Ganessen Mooneeswamy est, par la suite, venu à sa rescousse en disant à la cour qu’il souffre de «dépression émotionnelle» depuis juillet 2020. La magistrate Mungroo-Jagurnath a alors invité l’avocat à produire deux certificats médicaux pour son client à cet effet. Roshi Badhain s’est, lui, attardé sur les contrats que Bo Digital et AV Techno World de Vinay Appanna ont obtenu avant et pendant la période de confinement. Rappelons que Bonomally fait déjà l’objet d’une accusation provisoire de «using office for gratification» et «money laundering» devant le tribunal de Rose-Hill dans le cadre de ses transactions louches avec la State Trading Corporation (STC). Il a été libéré après avoir fourni une caution de Rs 400 000 et signé de reconnaissance de dette de Rs 2 millions.

 

Des millions

 

Bo Digital qui est spécialisée en pièces de rechanges avait obtenu cinq importants contrats de la STC d’un montant total de Rs 318 millions alors qu’elle n’était pas enregistrée sur les listes des fournisseurs dans le secteur médical et pharmaceutique. La commission anti-corruption a procédé à cinq autres arrestations dans le sillage de l’enquête sur des transactions louches durant la période du confinement. Il y a eu celle de Bissoon Mungroo dont les compagnies Gitanjali Co Ltd et Mungroo & Sons ont obtenu deux contrats du ministère de la Santé totalisant Rs 10 millions pour l’approvisionnement de 220 000 masques ainsi que celle de Jagannada Reddi, directeur de Red Jewels, qui avait, lui, obtenu Rs 9,4 millions pour la fourniture de 100 000 masques KN95.

 

Cette enquête a connu un autre rebondissement avec l’arrestation de trois autres suspects. D’abord celle de Vinay Appanna et de son beau-frère Jonathan Ramasamy. Ce dernier, ancien directeur de la STC, a été limogé à son poste il y a quelques jours. La dernière arrestation est celle d’Archana Chummun, une pharmacienne qui a agi comme consultante pour Bo Digital.

 

L’audition de Deepak Bonomally reprend ce lundi 1er mars. Son mentor dans le monde de ses affaires, à savoir Vinay Appanna, est également convoqué. Ce dernier intéresse également Me Neerooa et les «Avengers». Roshi Badhain a déjà annoncé la couleur en posant des questions à Bonomally à son sujet. «Eski ou kone ki misie Appanna ek misie Sawmynaden ti lekol primer Beau-Séjour et kolez St-Esprit ansam ? Eski ou konn madam Neeta Nuckched ? Eski ou kone ki li kamarad danfans misie Sawmynaden ? Ou gagn zafer zis ar bann kamarad lanfans misie Yogida ou ?»  lui a lancé Me Badhain. Ce à quoi il a répondu : «Mo pa o kouran tousala.» 

 

La suite de l’audition de Deepak Bonomally s’avère cruciale. Le début de celle de Vinay Appanna le sera également. Me Neerooa et «Avengers» sont d’avis que ces deux hommes détiendraient la clé de l’énigme sur la mystérieuse disparition de Soopramanien Kistnen. L’activiste politique n’avait plus donné signe de vie alors qu’il se rendait à La Louise pour récupérer une grosse somme d’argent. Son cadavre a été retrouvé calciné deux jours plus tard dans un champ de cannes à Moka. Sa famille est toujours en quête de vérité sur les circonstances de sa mort.