Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Cannabis médical et récréatif, le «nouvel or» pour booster notre économie ?
  • Une fonctionnaire retrouvée morte au pied de l’Emmanuel Anquetil Building - Naushad Mooniaruth : «Mon épouse était harcelée moralement au travail»
  • JO 2020 : Floriane St-Louis officiera aux Jeux
  • Elle met au monde une petite fille après les décès tragiques de son fils et de son époux - Khushboo Gobin : «Je suis heureuse et triste en même temps…»
  • Maurice accueille à nouveau des visiteurs étrangers : la réouverture des frontières de tous les espoirs
  • Anne Murielle Ravina : les leçons de ma vie de Miss
  • Jeux olympiques 2020 : l’ambition de nos olympiens
  • Black Widow : Marvel déchaîne toujours les passions
  • Sur Netflix - Haseen Dillruba : quand la femme revendique ses droits
  • Tour de France 2021 - Alexandre Mayer : «Pogacar mérite sa victoire»

En convalescence après avoir été poignardé par sa compagne - David Azie, 28 ans : «Nou finn pardonn nou kamarad»

La victime s’est remise de sa blessure après avoir subi trois interventions chirurgicales.

Les prières de sa mère ont été entendues... David Azie, 28 ans, est finalement tiré d'affaire et a pu rentrer chez lui quelques jours après son hospitalisation. Il avait sombré dans le coma après avoir été poignardé par sa compagne. Aujourd'hui, il espère pouvoir donner une nouvelle chance à son couple. Il se confie...

Il a failli y laisser la vie mais le destin a voulu lui accorder une seconde chance. Il y a quelques semaines, David Azie, un habitant de Cité Florida, Baie-du-Tombeau, s’est retrouvé dans le coma après avoir été poignardé à l’abdomen par son épouse Joycessica, une jeune femme de 25 ans qu’il a épousée en octobre 2020. L’arme tranchante s’était enfoncée à près de 3 cm de profondeur et il lui a endommagé le poumon. Après avoir subi trois interventions chirurgicales, son état de santé s’est amélioré et il a pu regagner son domicile au bout de quelques jours. Désormais, cette seconde chance, il l’accorde également à son couple, ayant pris la décision de pardonner à sa compagne. Cette dernière, qui avait été appréhendée suite à cette agression, a recouvré la liberté après avoir fourni une caution.

 

Il y a quelques jours, David Azie, 28 ans, a obtenu sa décharge de l’hôpital et a pu rentrer chez lui. En convalescence, il explique que «physiquement, (je) vais beaucoup mieux», pour le plus grand soulagement de son entourage. Rosemay Leopold, sa mère, avait particulièrement été affectée par cette agression. «Pendant plusieurs nuits, je n’ai pas dormi. Je n’ai cessé de m’interroger sur ce qui allait arriver à mon enfant», confie-t-elle. Mais ses prières ont finalement été entendues. Elle s’interroge encore sur ce qui a pu conduire sa belle-fille Joycessica à agir de la sorte car «une dispute de cette envergure ne s’est jamais produite entre les deux. Mon fils est doux comme un agneau et Tika (NdlR : le surnom de Joycessica) est habituellement calme et très sympathique».

 

Pour David Azie également, l’origine de cette dispute est un mystère : «Nous ne nous sommes jamais disputés ainsi.» Arrêtée après cette agression, Joycessica Azie avait été placée en détention policière pour agression. Elle a participé à un exercice de reconstitution des faits le vendredi 28 mai et a expliqué aux enquêteurs le déroulement de cette journée dramatique. Elle a été libérée sous caution au bout d’une semaine. Depuis, David Azie et elle ont beaucoup discuté. «Nous sommes régulièrement en contact. Elle m’a dit qu’elle ignore ce qui lui est passé par la tête, qu’elle ne l’a pas fait intentionnellement et qu’elle a agi sous le coup de la colère. Elle regrette son geste», lâche le jeune homme. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle «nou finn pardonn nou kamarad. Nous prévoyons de nous remettre ensemble».

 

Rappelons que l’agression de David Azie remonte au samedi 22 mai. Ce jour-là, sa mère regardait la télé lorsqu’elle a entendu le jeune homme hurler son nom. En allant s’enquérir de la situation, Rosemay Leopold l’a trouvé qui gisait sur un matelas, dans sa chambre, dans une mare de sang. Après s’étre interposée pour éviter que la discussion ne s’envenime, elle avait conduit son fils à l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam car ce dernier venait de s’effrondrer dans la cour d’un voisin. Il avait été admis à la Cardiac Unit. Il a, fort heureusement, pu être sauvé et compte à présent saisir cette nouvelle chance que lui offre la vie.