Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don
  • Jeux Olympiques 2021 : la machine se remet en marche
  • Kayne, 2 ans, souffre d’épilepsie générale : sa mère Jaya lance un appel à l’aide
  • La vie de fashionista de Zorah
  • Bien dan ou lapo
  • Quand Nata «Sing» dans le métro !
  • Le bioplastique, la solution de six jeunes contre la pollution
  • Le Top 4 des tisanes pour braver l’hiver
  • Faire son compost-maison : le guide
  • Ces entreprises qui proposent des solutions pour faire face à la crise

Elodie, la sœur de Jean Alain Auguste : «Mo frer pa ti ena okenn rezon pou swisid li dan prizon»

Uu screenshot du détenu lors de sa dernière conversation avec sa soeur via Skype.

Lorsque le service pénitentiaire l’a informée du décès de son frère en détention, elle a d’abord cru qu’il avait succombé à une maladie. Pour cause : Jean Alain Auguste avait déjà été diagnostiqué d’une urée. Mais Elodie a eu un énorme choc en apprenant que son frère se serait pendu. Jean Alain Auguste devait fêter ses 31 ans le jeudi 14 mai. Il est décédé le 29 avril.

 

Et le lundi 11 mai, sa soeur Elodie a décidé d’aller porter plainte à la police. «Mo frer pa ti ena okenn rezon pou swisid li dan prizon. Mo ti ezite avan al la polis. Mo ti pe per, me kan monn trouv bann foto Caël Permes mor ek enn ta mark bate, monn desid pou al la polis pou depoz enn plint», souligne la jeune femme de 29 ans.

 

Jean Alain Auguste, un habitant de Bain-des-Dames, était détenu à Melrose après avoir été condamné à trois ans de prison dans une affaire de drogue. Il avait été arrêté le 14 juin 2016 et remis en liberté conditionnelle un mois plus tard. Il a ensuite été condamné le 17 janvier 2019 et devait sortir de prison le 17 décembre 2021. Il a toujours été très proche de sa sœur avec qui il était pour la dernière fois le 24 avril. À cette occasion, il lui avait signifié son intention de refaire sa vie après la prison.

 

«Li ti sipoze telefonn mwa ankor dimans. Lindi nou ti sipoze koze par Skype. Li ti sirtou oule pran nouvel so tifi ki ena 6 an. Monn trouv sa mari bizar kan li pann sonn mwa dimans-la ek ousi so lindi. Mo ti panse linn malad ankor parski li pa ti tro bien sa bann dernie tan-la. Li ti pe bwar enn bann komprime ki pa ti pe al ek li. Monn aprann linn mor so merkredi kan enn ofisie prizon inn telefonn mwa», confie Elodie.

 

Cette nouvelle a été un immense choc pour Elodie et les siens mais ils ont été encore plus troublés en constatant que, sur son lit de mort, Jean Alain avait des bleus au niveau du nez. Il y avait également du sang séché au même endroit. Le plus intriguant était les marques visibles sur ses deux poignets, explique Elodie : «J’ai demandé des explications à l’administration de la prison. On m’a dit qu’il avait fait une tentative de suicide. On l’aurait menotté pour l’empêcher de commettre l’irréparable.»

 

Jean Alain Auguste aurait par la suite commis son acte de désespoir alors qu’il se trouvait à l’hôpital de la prison. C’est du moins ce que l’administration de la prison a dit à sa soeur. «Zot dir mwa linn met li pandi ek enn oparler. Tousala bien bizar. Si li ti rod touy li avan sa, kifer zot pa ti met li sou sirveyans. Seki bizar ousi, seki mo frer zame ti ena tandans swisider. Linn touzour dir li bien. Zame li pann dir mwa ki linn plin ek lavi. Li ti enn dimounn normal», précise Elodie.

 

La jeune femme confie que son frère lui disait toujours qu’il n’y avait que deux gardes-chiourmes «ki ti korek ek li». Les autres «ti pe koz brit ek fer mari» avec les détenus. «Mon souhait le plus cher est de savoir si mon frère a été martyrisé ou pas avant de pousser son dernier soupir», insiste Elodie qui salue l’initiative de l’ONG Dis-Moi qui réclame une enquête judiciaire pour faire la lumière sur les circonstances troublantes entourant le décès de Jean Alain, en prison.