Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • New Amsterdam : cet hôpital qui enchante les Mauriciens
  • Zones rouges : ce qui change
  • La démocratie sous respiration artificielle !
  • Judo à Rodrigues : le DTN Baptiste Leroy satisfait de sa visite
  • « Touni »… mais non
  • L'Application Kwiz Kreol : amize lor portab !
  • Monster Hunter Rise : une chasse plus dynamique
  • Jeux Olympiques : les sportifs retrouvent l’entraînement
  • Judo - Mauricien en France : Rémi Feuillet se remet de la Covid-19
  • Deux concours pour s’amuser avec le groupe Anonym

Caël Permes assassiné en prison | Son épouse Chana : «Mo garson res dimann mwa kan so papa pou vini»

Chana Permes se recueillant sur la tombe de son époux.

Le chagrin ronge toujours son cœur d’épouse et de mère. «Mo garson res dimann mwa kan so papa pou vini. Mo pena mo pou reponn li. Mo tifi ousi res dir papa mem. Mo leker fermal kan mo mazine ki si to ti la to ti pou mari kontan tann li kriye twa papa», lâche d’une voix émue Chana, l’épouse de Caël Permes, assassiné en prison en mai. La veuve de cet habitant de Cité Ste-Claire, à Goodlands, réclame Rs 75 millions comme dommages à l’État. Dans une mise en demeure qu’elle a fait servir à celui-ci, elle rend l’ancien commissaire des prisons Vinod Appadoo, le Deputy Commissioner of Police Vishnu Hanumunthadu et les quatre gardes-chiourmes Roopendra Ramkissoon, Yuvenesh Sacarah, Beerajsingh Jankee et Gowtam Ramtohul, responsables de l’assassinat de son époux. Ces derniers avaient escorté son époux de la prison centrale à celle de La Bastille le jour fatidique.

 

Cette affaire éclate lorsque le détenu Permes est retrouvé mort dans la Special Protection Cell no 1 au bloc administratif de La Bastille dans l’après-midi du 5 mai, quelques heures seulement après son transfert dans cet établissement pénitencier en provenance de la prison de Beau-Bassin. Le rapport d’autopsie indique qu’il a succombé à un «hemorrhagic shock following multiple injuries». L’homme de 29 ans avait des ecchymoses sur plusieurs parties du corps. Un de ses poignets était également disloqué. La police a arrêté plusieurs gardes-chiourmes dans cette affaire. L’enquête policière est toutefois au point mort en ce moment. Et des faits troublants demeurent jusqu’ici sans réponse. Par exemple, on ignore toujours qui a signé l’ordre de transfert de Caël Permes et où sont passés ses vêtements ensanglantés.