• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Après la libération de Me Akil Bissessur et sa compagne, soupçonnés de trafic de drogue : la guerre ouverte entre la police et les hommes de loi s’accentue

Ils n’ont pas eu besoin d’arriver jusqu’aux débats en vue d’une motion pour leur remise en liberté. Après plus de deux semaines en détention policière, l’avocat Akil Bissessur (photo) et sa compagne Doomila Moheeputh ont été libérés à un jour d’intervalle, le mardi 6 et le mercredi 7 septembre respectivement, l’avocat de la poursuite n’ayant eu aucune objection à ce qu’ils soient relâchés. Ils se sont acquittés chacun d’une caution s’élevant à Rs 50 000, en plus de signer une reconnaissance de dette de Rs 300 000. Cependant, l’enquête est loin d’être bouclée. 

Depuis le début de cette enquête, l’homme de loi n’a cessé de clamer son innocence. D’ailleurs, le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) indique qu’aucune empreinte digitale de l’avocat n’a été décelée sur la drogue saisie. Selon lui, ce sont les officiers de la Striking Team qui ont procédé à son arrestation qui auraient «planté» de la drogue chez lui. Dans un entretien au Défi Plus, le commissaire de police (CP) Anil Kumar Dip a riposté. Il a déclaré avoir pleinement confiance en l’assistant surintendant de police Ashik Jagai, responsable de cette unité, et affirme qu’aucune drogue n’a été plantée. Il estime que ces allégations ont été faites pour manipuler l’opinion publique et faire passer la police pour «les méchants de l’histoire».

 

À cela, Me Rama Valayden, ami et collègue de Me Akil Bissessur, n’a pas tardé à réagir. Il a déclaré sur Radio Plus, ce samedi 10 septembre, que «c’est une réplique indigne d’un commissaire de police. Il doit penser en termes d’État de droit, de présomption d’innocence. Il ne faut pas qu’il y ait de trial by the press». Il lance ainsi un appel au CP pour qu’il avance ses preuves et rende publiques les 11 vidéos filmées au domicile de Doomila Moheeputh, à Palmar, le jour de l’arrestation du couple. Il déplore aussi le fait que le CP ait traité Me Akil Bissessur d’«avoka kat-sou» et de «kouyon», alors que «nous ne lui avons jamais manqué de respect. Nous aurions pu dire beaucoup de choses mais ne l’avons pas fait. Nous n’allons pas tomber dans cette bassesse».

 

Toujours dans le sillage de cette affaire, rappelons que Doomila Moheeputh est restée silencieuse lors de son interrogatoire. Après sa libération, elle a uniquement fait part de sa hâte de retrouver sa mère et n’a pipé mot sur cette enquête. C’est son homme de loi, Me Vimal Rajkumar, qui s’est exprimé à la presse. Selon lui, «la balle est désormais dans le camp de la police pour établir si ce sont les empreintes des limiers qui se trouvent sur les sachets de drogue». Il a aussi tenu à saluer le courage de sa cliente. «Elle a passé 19 jours en cellule, que je considère être de trop car elle n’a fait que clamer son innocence.»

 

Akil Bissessur et Doomila Moheeputh avaient été appréhendés au domicile de cette dernière à Palma le vendredi 19 août après la saisie de 52 grammes de drogue synthéthique sur place ; une opération conduite par la Special Striking Team de l’ASP Ashik Jagai.

 

Par ailleurs, samedi soir, Bruneau Laurette a posté une vidéo sur sa page Facebook où il se demande ce que la striking team fait dans l'appartement d'Akil Bissessur avec un sac noir. En effet, sur la vidéo qui semble dater du 20 août 2022, on voit trois hommes marchant dans un appartement, dont l'un portant un sac noir et un autre au téléphone. La question est : est-ce vraiment des hommes de la striking team et l'appartement d'Akil Bissessur ainsi que le fameux sac noir ?