• Championnat de Rallye Automobile - 2e manche : Consécration de Hashim Maudarbocus-Yohann Anseline
  • Ferme communautaire O’Connor : Pour remettre des familles debout
  • Zoé Laure : Le «nail art», sa passion, son métier
  • Construis-moi un «lodge» 100 % écolo
  • Jasmine Toulouse veut réveiller les consciences
  • Porté disparu depuis trois jours, il est retrouvé à Gris-Gris | Firdosh Jahoor : «Zot pou konn la verite mardi»
  • José Moirt : «Un Budget, ce n’est pas faire des cadeaux»
  • Hippisme 13e journée | Cool At Heart : message reçu 5 sur 5
  • Chez Fernand Bistrot : Une nouvelle adresse appétissante et gourmande
  • Aux assises : Roshan Doobraz écope de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse

Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse

Une semaine s’est écoulée. Après que le corps de Farook Chaumun a été retrouvé à quelques mètres de son domicile à l’avenue Ollier, Quatre-Bornes. Mais à l’heure où nous mettions sous presse, la police n’avait procédé à aucune arrestation dans le cadre de cette enquête menée par les limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT) et le personnel de la brigade criminelle de Quatre-Bornes.

 

Cependant, durant les jours qui ont suivi l’agression mortelle de ce chauffeur de taxi de 66 ans, le samedi 3 novembre, les enquêteurs ont procédé à plusieurs interrogatoires. Si dans un premiers temps, ces derniers ont privilégié la thèse de vol, ils se sont par la suite intéressés à Riyad Chaumun, le fils de la victime. Le jeudi 8 novembre, celui-ci a été convoqué par la Criminal Investigation Division (CID) de Quatre-Bornes. La veille, il avait été interrogé pendant plus de deux heures par les limiers de la MCIT, aux Casernes centrales.

 

Après avoir fourni des éclaircissements aux enquêteurs, quant aux circonstances dans lesquelles il a retrouvé le corps de son père, il a été autorisé à rentrer chez lui. Sa mère a aussi été questionnée. Elle a indiqué à la police que la victime était dépressive. Pour l’heure, les enquêteurs n’écartent aucune thèse.

 

C’est aux alentours de 6h45, le samedi 3 novembre, que le corps de Farook Chaumun a été découvert par son fils Riyad et son cousin Azam. Ces derniers ont d’abord pensé qu’il s’est blessé après une chute, avant de constater qu’il avait une profonde entaille au cou.

 

D’après les proches de la victime, c’est au moment où cette dernière se rendait à la boutique du coin pour acheter du pain, après une session de prière, qu’il a été tué. L’enquête se poursuit.