Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Elles ont 3 et 9 ans : la tragique histoire de deux soeurs agressées sexuellement
  • Il quitte la rédaction en chef de Radio One : Finlay Salesse raconte cinq moments forts de sa carrière
  • Manifestation du 11 juillet : pourquoi je serai présent/e
  • Mystère autour de la «disparition» des jumeaux Auckal - Les parents : «Comment peut-on dire qu’ils n’ont jamais existé ?»
  • Nishal : il y pensait mais n’y croyait pas
  • Hippisme - 3e journée : Table Bay après deux ans de disette
  • Et cinq ans plus tard, rien n’a changé…
  • À la découverte de 305 Fitness !
  • Samsung Galaxy Z Flip : du pliable, si on peut se le permettre
  • Ça roule : Iqbal Ramjanee de Bridgestone Service Centre : «Bien choisir ses pneus est un must !»

Agressé à coups de marteau pour Rs 50 : Nikesh Sappiny rend l’âme après deux semaines aux soins intensifs

Il s’est battu jusqu’au bout mais a fini par rendre l’âme. Nikesh Sappiny, un habitant de Dubreuil âgé de 44 ans, a succombé à ses blessures après deux semaines dans le coma. Il avait été hospitalisé après avoir été agressé sur son lieu de travail à coups de marteau par une connaissance. Une histoire d’argent serait à l’origine de la tragédie.

Elle s’était tournée vers la prière en espérant que cela lui ramènerait son époux. Mais tous les espoirs de Ranjeeta Sappiny, une habitante de Dubreuil, se sont effondrés le mardi 5 novembre lorsque les médecins l’ont contactée pour lui annoncer la terrible nouvelle. Son époux Nikesh Sappiny, qui était admis au département des soins intensifs de l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam, a fini par rendre l’âme après avoir lutté pour sa survie pendant 15 jours. Une autopsie a attribué son décès à des cranio-cerebral injuries.

 

La victime de 44 ans, un contracteur, avait été hospitalisée le lundi 21 octobre après avoir été agressée à coups de marteau sur son lieu de travail – sur un chantier à Valetta – par Rick Marcelin, un apprenti maçon de 23 ans connu des services de police et également domicilié à Dubreuil. Si dans un premier temps, le jeune homme avait nié les faits qui lui avaient été reprochés, il avait fini par avouer son forfait deux jours plus tard suite à un feu roulant de questions par les limiers de la Criminal Investigation Division (CID) de Moka. Une histoire d’argent serait à l’origine du drame.

 

Dans un premier interrogatoire, Rick Marcelin avait indiqué aux enquêteurs de la brigade criminelle de Moka que la victime et lui avaient été agressés par quatre individus. Mais l’équipe du Detective Inspector Cowlessur s’est vite rendu compte que sa version des faits ne corroborait pas. Deux jours après l’agression, Rick Marcelin a à nouveau été interpellé et a fini par passer aux aveux. Il allègue que la victime lui devait de l’argent et qu’une altercation avait eu lieu en ce sens. Il l’avait alors agressé et s’était emparé de la somme de Rs 50 dans sa voiture avant de prendre la fuite. Cependant, Ranjeeta Sappiny, que nous avons rencontrée la semaine dernière, assure que son époux n’avait pas de dettes. «Bien au contraire, Rick Marcelin venait souvent nous emprunter de l’argent. Il lui avait rendu service en lui donnant du travail le jour de l’agression.»

 

Dans un premier temps, une accusation provisoire d’agression avait été logée contre le jeune suspect. Mais c’est désormais celle de meurtre qui pèsera sur lui avec le décès du quadragénaire. Ses funérailles ont eu lieu le mercredi 6 novembre. Il laisse derrière lui une femme et trois filles affligées par cette tragédie.