• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture

L’adolescent porte une longue entaille au visage.

Il a une longue entaille au visage. Ce collégien a été victime d’une agression pendant la récréation. Une histoire de gâteau serait à l’origine.

Nouveau cas de violence en milieu scolaire. Un adolescent de 14 ans, en Form III dans un établissement secondaire de l’Est, a été agressé au cutter par un autre élève le mardi 10 septembre, vers 12h30, pendant la récréation. Il a été conduit à l’hôpital où on lui a posé 20 points de suture au visage. Quant au présumé agresseur, il n’a pas été arrêté car il n’a que 13 ans.

 

Les enquêteurs vont solliciter l’avis du Directeur des poursuites publiques qui devra décider de la marche à suivre dans ce cas précis. Le recteur du collège a déjà renvoyé le présumé agresseur. Mais le père de la victime estime, lui, qu’une peine plus lourde doit lui être infligée comme «un signal fort» aux autres jeunes violents en milieu scolaire. «Bizin aret violans dan lekol. Ena zanfan pou perdi lavi enn zour.»

 

Son fils, dit-il, envisage de changer de collège. «Il est traumatisé. Il a le moral au plus bas.» Il se retrouve avec une longue entaille au visage et souffre beaucoup de cette blessure. Notre interlocuteur revient sur les circonstances dans lesquelles se serait déroulée l’agression de son fils. Celle-ci aurait pour toile de fond une histoire de gâteau.

 

Son fils, qu’il décrit comme un enfant doux et calme, aurait d’abord reçu un violent coup dans le dos d’un élève de Form II, qu’il ne connaissait pas, raconte-t-il. «Garson-la inn dir mo garson enn gro betiz avan. Si mo garson ti kone ki lot garson-la ti pou koup li ek cutter, li ti pou fini donn li gato-la.»

 

Alors, il lance un appel aux employés des écoles secondaires : «Zot bizin organiz bann lafouy lor zelev souvan ek veye ki pena cutter ek zot andeor klas.»

 


 

Deux autres étudiants agressés

 

La violence estudiantine a fait d’autres victimes cette semaine. Un garçonnet de 8 ans, qui fréquente un établissement primaire de l’Ouest, a été hospitalisé après une agression à l’école. Les faits remontent au mercredi 4 septembre, lorsqu’il s’est battu avec l’un de ses camarades de classe. Quelques jours plus tard, ses parents l’ont conduit à l’hôpital parce qu’il souffrait de fièvre. Une radiographie a démontré qu’il avait une enflure au cerveau à cause des reçus. Ses proches attendent qu’il se remette pour entamer des poursuites et le faire transférer.

 

Le mercredi 11 septembre, c’est une collégienne de 14 ans qui a été agressée à Mahébourg. D’après nos renseignements, l’adolescente aurait eu une altercation avec une autre élève dans son établissement scolaire. Après les heures de classes, celle-ci lui aurait réglé son compte en l’agressant avec un cutter. Elle a pu rentrer chez elle après avoir obtenu les premiers soins à l’hôpital. Une enquête est en cours.