• Fans Voicies : Mon frère, mon rival
  • Liverpool vs Manchester Utd : le pays retient son souffle
  • Ces (gros) bras tendus à Sawmynaden !
  • Soleil : huit conseils pour se protéger
  • Shamima Peer, Sales & Marketing Manager : «Le digital a révolutionné notre façon d’agir, de penser et de faire des affaires»
  • Tennis de table : Nikhil Desscann, l’étoile montante du ping-pong
  • Kebab Street, une nouvelle adresse «miam» dans le paysage de Grand-Baie
  • Jean Alex Augustin, mortellement agressé à la plage | Son épouse : «Nous avons gardé l’espoir jusqu’au bout qu’il s’en sorte»
  • Giantee Dhunnoo, 80 ans, sauvagement tuée à son domicile | Un proche : «Aidez-nous à retrouver son assassin»
  • Annick Lafleur, poignardée par son ex-conjoint | Naomi Aglaé, sa fille : «La police est tout aussi responsable de sa mort»

Accidents fatals ] Shamshad Mungloo percuté par le conteneur d’une remorque : bouleversants adieux à un homme exemplaire

Leur douleur est insurmontable, incommensurable. Le mercredi 12 août, la vie des membres de la famille Mungloo a été bouleversée à jamais. C’est dans des circonstances douloureuses, tragiques et choquantes qu’ils ont perdu l’un des leurs dans un accident de la route. Ce soir-là, Mohammud Shamshad Mungloo, 38 ans, s’était garé aux abords de la route Nicolay, à Port-Louis, et se tenait près de la portière de sa voiture lorsque le conteneur d’un poids lourd s’est détaché et l’a percuté. Il n’a pas survécu à ses blessures. 

Leur douleur est insurmontable, incommensurable. Le mercredi 12 août, la vie des membres de la famille Mungloo a été bouleversée à jamais. C’est dans des circonstances douloureuses, tragiques et choquantes qu’ils ont perdu l’un des leurs dans un accident de la route. Ce soir-là, Mohammud Shamshad Mungloo, 38 ans, s’était garé aux abords de la route Nicolay, à Port-Louis, et se tenait près de la portière de sa voiture lorsque le conteneur d’un poids lourd s’est détaché et l’a percuté. Il n’a pas survécu à ses blessures.

 

Marié et père d’une petite fille, Mohammud Shamshad Mungloo a eu une carrière exemplaire dans le domaine de la dentisterie. Après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Liverpool, en Angleterre, il a travaillé quelques années dans ce pays avant de rentrer à Maurice. Il a exercé comme dentiste à l’hôpital Jeetoo pendant quelque temps, avant de s’envoler à nouveau pour l’Angleterre en 2008, toujours pour des raisons professionnelles. En 2010, il est rentré définitivement à Maurice et a décroché un poste comme chirurgien-dentiste au Centre de chirurgie esthétique de l’océan Indien ; un poste qui lui tenait à coeur et qu’il n’a plus quitté.

 

Pour les membres de la famille Mungloo, le temps semble s’être arrêté depuis le départ tragique du trentenaire. Bien qu’elle se trouve à des milliers de kilomètres, la douleur est tout aussi intense pour Nidaa Mungloo, sa cousine, qui réside aux États-Unis. Elle n’arrête pas de pleurer celui que toute la famille appelait affectueusement Bayu : «Il était l’une des personnes les plus généreuses que je connaisse. Il donnait sans compter et n’attendait jamais rien en retour. Il a même aidé à récolter des fonds pour la mosquée locale ; il se souciait vraiment de sa communauté. Il aimait aussi sa famille plus que tout au monde et lui était entièrement dévoué. Il était un véritable exemple à suivre.»

 

Un passionné des voyages

Lorsqu’elle s’apprêtait à quitter Maurice pour se rendre aux États-Unis pour des études, il y a quelques années, se souvient Nidaa Mungloo, son cousin l’avait beaucoup soutenue. «Shamshad m’avait appelée la veille de mon départ pour me donner des conseils. Il m’avait dit qu’il serait toujours là pour moi. Depuis, je le contactais toujours à chaque fois que j’avais besoin de conseils, que je voulais faire la conversation ou simplement lui parler de mes accomplissements. Il prenait toujours le temps de m’écouter, de me donner son opinion ou me rassurait en me disant que tout irait bien», relate-t-elle, le coeur lourd. Bien que plusieurs années se soient écoulées depuis qu’elle a quitté l’île, leurs relations n’ont jamais changé. «Il ne manquait jamais de prendre de mes nouvelles ou celles de mon frère, qui étudie également aux États-Unis, et nous disait qu’il était fier de nous.»

 

Malgré un emploi du temps chargé, Muhammud Shamshad Mungloo trouvait du temps pour s’adonner à sa grande passion. «Il adorait s’occuper de son aquarium. Il pouvait allait très loin uniquement pour trouver des poissons exotiques ou des plantes aquatiques. Il voulait créer son propre petit écosystème», raconte sa cousine. Il était aussi passionné par les voyages. «Il s’offrait des vacances tous les ans ; le dernier remonte à décembre dernier. Il savait comment profiter pleinement de la vie. Nous le considérions tous comme quelqu’un qui avait vraiment réussi sa vie ; un modèle.»

 

C’est aux alentours de 21 heures, le mercredi 12 août, que le drame s’est produit. Le trentenaire et son épouse avaient prévu de se rendre chez des proches ce soir-là. Arrivés à hauteur de la route Nicolay, dans la capitale, Shamshad Mungloo s’était arrêté pour demander des renseignements. Mais lorsqu’il est descendu de sa voiture, le conteneur d’un camion qui circulait en direction de Sainte-Croix s’est détaché et l’a heurté lourdement, ne lui laissant aucune chance de survie. Le conducteur du camion a été arrêté. Une accusation provisoire d’homicide involontaire a été logée contre lui.

 


 

Parbawtee Runghen succombe à ses blessures après 45 jours : Pamela, sa fille : «Elle ne méritait pas une telle fin»

 

 

 

Ce que craignait le plus la famille Runghen s’est produit le jeudi 13 août. Après avoir passé 45 jours dans le coma, Pavedee Runghen, aussi connue sous le nom de Parbawtee, âgée de 71 ans, a succombé à ses blessures au département des soins intensifs de l’hôpital Jeetoo. Les nombreuses tentatives des médecins pour la sauver se sont malheureusement avérées vaines. Une autopsie pratiquée par le Dr Chamane, Police Medical Officer (PMO), a attribué son décès à une septicémie.

 

Le drame remonte au lundi 29 juin. Parbawtee Runghen se rendait chez sa fille, qui habite dans la même localité qu’elle, à Montagne-Blanche, lorsque l’impensable s’est produit. D’après les indications des témoins à son entourage, elle traversait la route lorsqu’une voiture l’a percutée de plein fouet près de Morcellement Sans-Souci. Grièvement blessée, elle a été conduite à l’hôpital de Flacq pour des soins. Elle a, par la suite, été transférée à l’hôpital SSRN pour d’autres examens médicaux, avant d’être finalement admise au département des soins intensifs de l’hôpital Jeetoo. Elle y a rendu l’âme le jeudi 13 août, son état de santé n’ayant cessé de se détériorer.

 

Au domicile de la famille Runghen, une atmosphère lourde et pesante s’était installée avant même que la victime ne pousse son dernier soupir. «Mon père a vraiment mal vécu son absence. Zot ti pe tonbe leve ansam. Lorsqu’elle a été admise à l’hôpital, il a dû loger chez ma soeur pendant un moment», confie Pamela Kistnasamy, la fille de la septuagénaire. Il est rentré chez lui au bout de quelques semaines, ne supportant plus d’être loin de sa maison. Lorsque la nouvelle du décès de leur proche est tombée, toute la famille s’est réunie chez lui afin de l’aider à surmonter cette terrible épreuve.

 

Mariée et mère de six enfants – deux fils et quatre filles –, Parbawtee Runghen était une femme encore pleine de vie. «Elle ne souffrait d’aucune maladie et était très active. Elle aimait s’occuper de son jardin et de ses animaux. Elle était une bonne vivante», raconte notre interlocutrice, bouleversée. C’est la raison pour laquelle les circonstances de son départ sont aussi dures à accepter pour son entourage. «Elle ne méritait pas une telle fin. Elle était méconnaissable. Nous savons tout de même que les médecins ont fait de leur mieux», pleure-t-elle. Ses funérailles ont eu lieu le vendredi 14 août.

 

L’alcootest pratiqué sur le conducteur responsable de cette tragédie s’est révélé négatif. Suite au décès de la septuagénaire, ce dernier – un plombier de 30 ans habitant Montagne-Blanche – a été traduit en cour où une accusation provisoire d’homicide involontaire a été logée contre lui.

 


 

Amanauth Sungkur décède dans une collision entre deux voitures : les deux conducteurs impliqués testés positifs à l’alcootest

 

Ses proches étaient sortis pour aller acheter à manger et il avait tenu à les accompagner. Malheureusement, les choses ont pris une tournure tragique pour Amanauth Sungkur ce soir-là. Il n’a pas survécu après que la voiture à bord de laquelle il se trouvait est entrée en collision avec un autre véhicule. Soumis à un alcootest, les conducteurs des deux véhicules ont été testés positifs.

 

Cette tragédie remonte au mardi 11 août, aux alentours de 22h30. Quelques minutes plus tôt, Amanauth Sungkur, 62 ans, avait pris place sur le siège avant, côté passager, de la voiture de l’un de ses proches. Ces habitants de Bois-Rouge, Goodlands, avaient prévu d’aller acheter à manger mais lorsqu’ils sont arrivés à hauteur de Plateau Road, dans la localité, la voiture à bord de laquelle ils se trouvaient est entrée en collision avec un autre véhicule. Alertés, les premiers secours sont arrivés sur place mais n’ont pu que constater le décès du sexagénaire.

 

Un alcootest a été conduit sur les conducteurs des deux véhicules impliqués. L’homme de 52 ans, qui conduisait la voiture dans laquelle se trouvait la victime, avait 52 microgrammes d’alcool dans le sang. Tandis que le conducteur de la deuxième voiture – un policier de 32 ans – en avait 80. Ils ont tous les deux passé la nuit en cellule de dégrisement avant de comparaître en cour le lendemain sous une accusation provisoire d’homicide involontaire.

 


 

Sortie de route mortelle pour deux cousins : Kivishwar Dursun meurt un jour après Chetanand Saniciree

 

C’est un double drame que traversent actuellement ces deux familles domiciliées à quelques mètres l’une de l’autre, à Vallée-des-Prêtres. Le samedi 8 août, aux petites heures du matin, un grave accident de la route impliquant deux des leurs est survenu à Cipailles Brûlée, Vallée-des-Prêtres.

 

Ce soir-là, Kivishwar Dursun, 48 ans, et son cousin Chetanand Saniciree, 17 ans, étaient sortis à bord d’un 4x4 pour aller s’acheter des cigarettes. En chemin, leur véhicule a fait une sortie de route avant d’heurter un arbre. Le plus jeune des deux, qui était assis côté passager, est mort sur le coup.

 

Grièvement blessé, le conducteur avait, pour sa part, été admis au département des soins intensifs de l’hôpital Jeetoo. Mais alors que leur entourage organisait les funérailles de Chetanand Saniciree, le dimanche 9 août, ils ont appris avec énormément de douleur que Kavishwar Dursun avait également poussé son dernier souffle.