• La Croix Rouge : S’engager, symbole de solidarité et d’humanité
  • JIOI 2019 : Les entraîneurs boostés par leur cash prize
  • Gaia Succulents | Ektah Maha : une succulente... passion
  • Basco Raphael et son amour de «Lamizik»
  • Jin Fei : À la découverte de l’Eden Garden Square
  • Sufyaan Aubeeluck : De juriste à fabricant de bijoux
  • Hippisme 22e journée | Wall Tag persiste et signe !
  • Consommateurs, à vos «eco-bags» !
  • Oliver Thomas : «Les Mauriciens sont fatigués de retrouver les mêmes visages, les mêmes personnes sur l’échiquier politique»
  • MBC : la chaise musicale se poursuit

On y va pour… l'expo Kaya

On note bien les dates car il faudra bien y aller. Du 8 février au 31 mars, au Blue Penny Museum, se tiendra l’exposition dédiée à l’incontournable Joseph Reginald Topize, que l’on appelle tous Kaya. Cette année, le 21 février, cela fera 20 ans qu’il nous a quittés. Voilà une incursion dans la vie de l’artiste, de son univers, de son art.

Pour ne pas oublier : beaucoup s’en rappelleront toute leur vie. Le 21 février, la mort controversée de Kaya en cellule policière – l’artiste avait été appréhendé après un concert pour avoir fumé du gandia sur scène – avait fait basculer l’île dans les fameuses émeutes de 1999. Paralysie du pays, violences, endroits saccagés, bombes lacrymogènes et d’autres pertes de vie, comme celle de l’artiste Berger Agathe. Donc, no more…

 

Pour découvrir : peut-être que vous étiez jeune, peut-être que vous ne le connaissez que de nom. Eh ben, voilà une occasion de plonger dans la Kaya Life. Mais attention, si Kaya est inévitablement lié aux émeutes de 1999, l’exposition est plus axée sur sa vie que sur sa mort. On verra donc : plusieurs guitares de l’artiste, des photos de lui, des textes de ses chansons.

 

Outre musicalement, Kaya inspire aussi les peintres, et on verra plusieurs tableaux de Caroline Madron, plus connue sous le nom de Caro, qui est aussi inspirée par feu Berger Agathe.

 

Pour célébrer : tous les Sime Lalimier, Sant Lamour et autres Fam dan zil, ont bercé des milliers d’entre nous. C’est vous dire que jusqu’à maintenant, l’oeuvre de l’artiste est plus que jamais d’actualité, que ce soit concernant la musique ou les paroles. Car Kaya, ce n’est pas seulement un homme. Mais tout un art, une philosophie, et un gros apport musical à notre paysage local, avec son mélange de séga et de reggae, un seggae repris avec toujours autant de passion par d’innombrables artistes jusqu’à présent. Aller à l’expo, c’est le faire vivre encore. 20 ans après, il n’est pas oublié et c’est un signe qu’il ne le sera pas de sitôt.

 


 

D’autres activités pour l’anniversaire

 

Bien sûr, l’exposition Kaya ne sera pas le seul événement pour commémorer la mort de l’artiste. Notons l’initiative de la boîte de production Jorez Box, intitulée 10 gram pou kaya. Au programme, une quête nationale pour récolter Rs 20 par citoyen, pour financer tout un projet rempli d’activités : un single et un clip par l’Atelier Mo’Zar de Roche-Bois qui reprendra la chanson Sant Lamour, l’élaboration d’une fresque murale, une statue à l’effigie de l’artiste au MGI et une grande manifestation le 10 août,  date de naissance du chanteur.

 

Le ministère des Arts et de la culture n’est pas non plus en reste et devrait honorer la mémoire de l’artiste avec un programme que l’on attend de découvrir.

 

D’autres manifestations plus modestes sont aussi de la partie. Tiens, aujourd’hui dimanche 3 février se tiendra un concert-hommage au Kenzi Bar de Rivière-Noire, à 19 heures, avec des reprises par Damien Elisa (piano), Evans Maurer (basse), Jim Bachun (batterie), Yannick Mamerou (guitrare) et Berty Fok (percussions). L'entrée est à Rs 200.

 

Sinon, ce même line up sera au Backstage d’Ebène le 22 février aux environs de 21 heures pour un autre moment live.