Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Mélasma : ces taches qui font de l’ombre au visage
  • Dans les marmites de Michael Korimbocus
  • Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»
  • Décès tragique de Vinessen Magon, 20 ans - Sa mère Vimi : «Vaksin kinn touy mo zanfan»
  • Dr Deoraj Caussy : «Les petits sont aussi à risques, il faut les protéger»
  • Mort troublante de Keirah Esther, 15 mois, premier enfant à succomber au virus - Ses proches, entre révolte et chagrin : «Nous réclamons justice pour elle»
  • Noemi Alphonse : la fierté de son coach Jean Marie Bhugeerathee
  • Jean-Alain et Nathalie Alphonse : «Notre fille, notre force de la nature»
  • Elle atteint quatre finales et bat quatre records d’Afrique aux Jeux paralympiques de Tokyo : époustouflante Noemi Alphonse
  • Quatre pêcheurs disparaissent en mer - Les proches de Jovani Jackson : «La situation est de plus en plus angoissante»

The Woman in the Window : Madam louke, bien mais…

Elle ne sort pas mais elle surveille. Le vendredi 14 mai, Netflix a mis en ligne ce tout nouveau thriller réalisé par Joe Wright (Atonement, Anna Karenine) et porté par Amy Adams, Gary Oldman et Julianne Moore. Celui-ci raconte comment une ancienne psychologue pour enfants souffre d’agoraphobie (la peur des lieux publics et des grands espaces ouverts) suite à un traumatisme et vit cloîtrée chez elle. Mais lorsque de nouveaux voisins arrivent et qu’il semble qu’un crime est en cours, tout le petit monde de la femme est bouleversé… Nos interlocutrices sont sorties d’une expérience un peu inégale avec ce thriller adapté du livre éponyme d’A. J. Finn.

Sarah Permal, entrepreneure : C’est bien mais…

 

«En somme, je trouve que c’est un bon thriller avec du suspense, qui se regarde de façon très divertissante. De plus, Amy Adams, dont je suis très fan, incarne à la perfection cette psy souffrant d’agoraphobie. Le décor et l’ambiance sombre arrivent à nous immerger dans l’intrigue sans problème. Par contre, j’ai trouvé le scénario très prévisible une fois à la moitié du film, où l’on devine le pourquoi du comment, voire même la conclusion du long-métrage. Mais si on sent venir les rebondissements avec une longueur d’avance, tous les ressorts scénaristiques sont bouclés et, du coup, on a des réponses aux questions, pas seulement concernant le traumatisme de la femme mais aussi au sujet de l’intrigue en général.»

 

Madhavi Gajadar, IT Auditor : C’est plat mais…

 

«Si je me base sur le flux du film, le réalisateur a tenté de dépeindre une sorte de stratégie sournoise qui a lamentablement échoué. Le début était assez prometteur, dépeignant la protagoniste principale, Anna Fox, qui vit seule, confinée dans sa maison à cause de son agoraphobie, parlant tous les soirs à sa famille qui vit ailleurs, sans oublier sa consommation excessive de médicaments et d'alcool, et sa curiosité quant à la vie de ses voisins, en particulier de la nouvelle famille qui vient d’emménager en face de chez elle.

 

Cependant, ce qui fait un bon thriller, ce sont les rebondissements qui maintiennent le public debout et ce film n'a pas réussi à fournir un mystère tordu à la hauteur. Un bon point serait qu'il est toujours un crime thriller agréable en raison d’un meurtre inattendu et la plausibilité de ce qu'Anna pense : qu’est-ce qui est réel ou pas ?

 

Ce qui tombe à plat, c'est, à mon sens, la mauvaise utilisation de ressorts cinématographiques montrant la dépression mentale d'Anna pendant certaines scènes-clés qui sont importantes pour mieux comprendre l’intrigue et le personnage. Comme il s'agit d'un thriller, pour moi, la logique n'est pas forcément recherchée lorsque vous essayez de comprendre l'histoire. La conclusion du film est tout aussi plate…»