• J SummerSoul : de la country à la musique mauricienne
  • AFED : Un rempart pour sortir de l’impasse
  • Tir à l’arc : 25 aspirants entraîneurs en formation
  • Bless Junior Huteau, 4 ans, compte sur votre générosité
  • Président de la New Chinatown Foundation : Jean-Paul Lam en cinq moments
  • L’arrestation d’une quarantaine de Bangladais provoque l’indignation !
  • Intervention chirurgicale sur les jumelles siamoises : La longue attente de toute une famille
  • Mike Mounawah : être parmi les meilleurs en Angleterre
  • The Club House : la nouvelle adresse qui vous veut du bien !
  • Drame de Mapou | Quatre amis unis dans la mort : la douleur de leurs proches

Whitney : Wanna dance with somebody ?

Et si l’on découvrait la chanteuse comme jamais ?

Les fans diront : «We will always love her.» D’autres se souviendront qu’elle voulait Dance with somebody… C’est que Whitney Houston a marqué des générations par sa musique. Mais le réalisateur Kevin McDonald a décidé d’évoquer non pas l’artiste mais la personne. Le résultat est un documentaire présenté au dernier Festival de Cannes.

Nombreux sont ceux qui pensaient qu’elle avait tout. Mais elle disait toujours : I have nothing… Whitney Houston nous a quittés en 2012, laissant derrière elle des fans en larmes, une sacrée carrière musicale, des tubes à n’en plus finir mais aussi une vie des plus tumultueuses. Whitney, c’est donc ça : aller au-delà de la gloire, du rêve, du succès et entrer au plus profond du quotidien de la chanteuse.

 

Pour ce faire, le talentueux Kevin McDonald, tout de même réalisateur du Dernier roi d’Écosse et du très acclamé documentaire Marley (sur le roi du reggae), a été sollicité. Et il y est allé à fond dans cette production : cherchant des images d’archives rares, des témoignages souvent bouleversants des proches de Whitney Houston.

 

Au fur et à mesure, on découvre plus qu’une artiste. On découvre la personne, avec ses démons, une enfance dure, des addictions. Une peu comme trois ans auparavant, lorsqu’on découvrait le documentaire Amy, sur miss Winehouse. Car comme cette dernière, Whitney, c’est bien plus que de belles chansons.