• Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»
  • Cette alternative qui se fait désirer !
  • Dead or Alive 6 : Combats techniques avec plastique lambda
  • JIOI 2019 | Haltérophilie : les Mauriciens affichent la forme en Roumanie
  • Circle of wisdom : Cycle menstruel : pour se reconnecter à soi
  • Hans Nayna : en attendant la sortie de «Burning pages» et d’autres aventures

Whitney : Wanna dance with somebody ?

Et si l’on découvrait la chanteuse comme jamais ?

Les fans diront : «We will always love her.» D’autres se souviendront qu’elle voulait Dance with somebody… C’est que Whitney Houston a marqué des générations par sa musique. Mais le réalisateur Kevin McDonald a décidé d’évoquer non pas l’artiste mais la personne. Le résultat est un documentaire présenté au dernier Festival de Cannes.

Nombreux sont ceux qui pensaient qu’elle avait tout. Mais elle disait toujours : I have nothing… Whitney Houston nous a quittés en 2012, laissant derrière elle des fans en larmes, une sacrée carrière musicale, des tubes à n’en plus finir mais aussi une vie des plus tumultueuses. Whitney, c’est donc ça : aller au-delà de la gloire, du rêve, du succès et entrer au plus profond du quotidien de la chanteuse.

 

Pour ce faire, le talentueux Kevin McDonald, tout de même réalisateur du Dernier roi d’Écosse et du très acclamé documentaire Marley (sur le roi du reggae), a été sollicité. Et il y est allé à fond dans cette production : cherchant des images d’archives rares, des témoignages souvent bouleversants des proches de Whitney Houston.

 

Au fur et à mesure, on découvre plus qu’une artiste. On découvre la personne, avec ses démons, une enfance dure, des addictions. Une peu comme trois ans auparavant, lorsqu’on découvrait le documentaire Amy, sur miss Winehouse. Car comme cette dernière, Whitney, c’est bien plus que de belles chansons.