• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Véronique Nankoo, raconte-nous une histoire

On s’assoit, on se blottit et on écoute ! L’enseignante Véronique Nankoo, que l’on a l’habitude de voir avec les enfants à l’Institut français de Maurice, ne se cantonne pas à son job. Passionnée de contes oraux, la voilà qui propose tous les jours un conte en live sur sa page Facebook ! Tout un programme où notre interlocutrice nous raconte, pour le moment, les histoires de ses amis, avec qui elle a récemment formé le collectif Zistwar. «Je pense toujours à mon grand-père, soudeur, illettré, mais qui avait l’art de conter. Et c’est un peu comme ça que ça a commencé. Avec le confinement, j’ai eu d’autant plus envie de partager avec les petits et les grands. Pour le moment, je vais privilégier des contes d’amis conteurs et auteurs : Amarnath Hosany, auteur jeunesse qui n’est plus à présenter, Valérie Padayachy, qui écrit aussi pour les jeunes et les enfants, et Cyril Luximan, lui aussi très impliqué dans les livres et tout récemment dans la BD locale La rivier mous», explique Véronique Nankoo.  

 

Plus qu’une envie de partager, c’est aussi une vraie thérapie pour son petit Noé, 5 ans, et elle. «Je trouve qu’il reprend confiance en lui suite à mes vidéos. Parce qu’il trouve le temps de se calmer, lui qui est toujours très actif, de ne pas être face à du stress, comme il vient tout juste d’entrer à l’école primaire.»

 

Allez, on vous le redit, on s’assoit, on se blottit et on écoute !