• Techno - Huawei Y8P : joli et pas cher
  • Huawei Matebook : salut les (petits) musclés !
  • Un million de repas redistribués : réduire l’insécurité alimentaire, le pari de FoodWise
  • Anil Digumber : la Case 75, une histoire de cœur
  • Beach Soccer : des Mancuniens font s’incliner les Reds
  • Escroquerie et blanchiment d’argent : un «guérisseur» et son assistante épinglés par l’ICAC
  • Triathlon : deux compétitions internationales reportées à 2021
  • La quarantaine payante : les Mauriciens qui sont «stranded» : l’insoutenable incertitude
  • Lutte antidrogue : Une opération spéciale de l’ADSU conduit à l’arrestation de plusieurs jeunes trafiquants
  • Giovanni Ramos : 10 ans d’une aventure «zumbaesque» !

Terminator : Dark Fate | Tue robot, tue !

Un casting connu, vieillissant, mais quand même toujours décidé à affronter les machines du futur !

Arnold, Sarah Connor et plein d’autres reprennent du service pour un nouveau volet rempli de machines et de grosses bagarres. Pas de super grande finesse mais du musclé et de l’explosif !

Au Mexique, les choses n’ont pas trop changé depuis Terminator 2. Il y a toujours un super cyborg de la mort qui a voyagé dans le temps (la machine à tuer, le Terminator) pour venir tuer quelqu’un qui est appelé à jouer un grand rôle dans la résistance futuriste. Dans ce volet Dark Fate, le sort s’acharne sur une ado qui sera heureusement aidée par une super-femme cyber-boostée et aussi une Sarah Connor vieillissante (l’actrice Linda Hamilton), qui semble avoir un allié lui aussi vieillissant et plutôt musclé et populaire.

 

Fort du premier Deadpool, le réalisateur Tim Miller (qui adore les machines, puisqu’il est l’un des instigateurs de l’anthologie sur Netflix Love, Death + Robots) veut kas dan ta en nous offrant un film qui ne lésine pas sur les scènes d’action un peu folles, tout en étant respectueux de l’esprit des deux premiers volets. On peut donc être rassuré avec un long-métrage fun et qui ne devrait pas être une insulte pour les fans.

 

En même temps, c’était difficile de faire pire que Terminator : Genisys… Le papa de la franchise, le réalisateur James Cameron, semble avoir pris les choses en main, s’attelant au récit de ce sixième film Terminator, qui se veut comme une suite directe de Terminator 2 : le jugement dernier, oubliant les moins mémorables Terminator 3 et Terminator Salvation. De quoi raviver plus ou moins la fibre nostalgique à grands renforts de boom boom !