• Forme : 20 minutes de sport à intégrer à la routine familiale
  • Distripharm Ltd, un magasin qui promeut le bien-être de tous
  • Political Financing Bill : l’impasse
  • Laura Béatrice Louis et son monde de fantaisie
  • Harold Leve Hang : Adieux émouvants à un King
  • Chute fatale à la montagne du Chat et de la Souris : Joseph On, la fin tragique d’un amoureux de l’effort vert
  • Leshav Beeharry meurt noyé dans un bassin | Ashiv, son frère aîné : «Il était prévu qu’il intègre l’université de Maurice en août»
  • Aboo Swaley Futta agressé mortellement | Son père : «Ils s’en sont pris à un homme sans défense et sans histoires»
  • L’ADSU sollicite Interpol après la saisie de 92,5 kg de cocaïne
  • Perry Ah-Why : White looks

Stéphane Sanseverino, rigolo musical

Le prochain album de l’artiste devrait sortir chez Sony Music  en septembre.

Qui est ce petit monsieur jovial et amusant qui nous a offert un show à l’IFM le vendredi 29 mars ? Rencontre ponctuée de fous rires. 

«Je connais l’île Maurice car je l’ai vue sur la carte.» Le ton est donné : on devrait bien s’amuser en papotant avec Stéphane Sanseverino, artiste français avec près de 20 ans de carrière. Il est venu faire un tour chez nous, le temps d’un concert à l’Institut français de Maurice, seul sur scène avec sa guitare, le vendredi 29 mars, dans le cadre d’une tournée solo et acoustique à travers la France, avec un saut du côté des Réunionnais et des Mauriciens.

 

L’artiste a un peu tout essayé au fil de ses disques : jazz, rock, blues et maintenant tango pour son prochain album, le onzième, qui devrait sortir chez Sony Music en septembre, avec encore et toujours une forte influence de musique tzigane qui parcourt toute son œuvre. 

 

Et il y a les paroles aussi. «Je n’arrive pas du tout à écrire des chansons d’amour, par exemple. Non, il me faut tout le temps un petit côté décalé, j’essaie d’être sérieux au maximum… mais ça ne dure que deux minutes. C’est ma personnalité !» confie le chanteur. Sa source d’inspiration ? «Ce qui se passe autour de moi, les gens. J’aime aussi raconter mes propres histoires de façon rigolote et j’aime les petites histoires un peu décalées.» En tout cas, les chansons jalonnant sa carrière parlent d’elles-mêmes : Le petit bal perdu, Cette conne m’ennuie, Swing du nul, La cigarette ou même Tu pues Benny.

 

Récemment, il a aussi repris des chansons d’un artiste qu’il affectionne beaucoup, François Béranger, le temps d’une tournée : Mamadou et Le tango de l’ennui, notamment. «J’ai entendu dire qu’il y avait aussi un Bérenger connu chez nous. Comment il s’appelle déjà ? Paul ! Oui, ça doit être le seul Mauricien que je connaisse», dit l’artiste.

 

Sinon, après son concert à La Réunion, Stéphane Sanseverino retourne au bercail français où il sera en mode tango dans les mois à venir, le temps de peaufiner son dernier bébé, qui devrait, en toute logique, être rigolo lui aussi.