• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Société coopérative du Groupement des artistes : Deux projets concrétisés

Percy Abraham est le président de cette société remplie de bonnes intentions.

Pour un meilleur rendement financier, pour moins de piratage, pour produire des créations et apporter sa contribution pour une société meilleure ! C’est dans cette optique que la Société coopérative du Groupement des artistes a vu le jour en 2018. Après plusieurs mois de mise en place, elle est récemment  parvenue à concrétiser deux projets: tout d’abord, la sortie du premier album de Simple Man, Mauricien qui fait le va-et-vient entre son pays, La Réunion et la France ; puis, la sortie d'un moyen-métrage intitulé Si to pirate to voler. Celui-ci met en scène un groupe d'amis qui nous font découvrir quelques délires, tout en mettant en avant le «mauricianisme».

 

Percy Abraham, président de la coopérative, nous en dit plus : «On a voulu marquer le coup avec ce projet de film. On met en avant le ‘‘mauricianisme’’, tout en disant aux téléspectateurs de respecter les artistes et leurs créations. À l’avenir, nous voulons justement aller dans ce sens dans nos productions. On essaie aussi d'innover en proposant d'acquérir ce film sur une clé USB.»

 

La société mise aussi sur un moyen de distribution qui vise la proximité, tout en essayant de réduire le piratage. Percy Abraham explique : «Par les temps qui courent, le piratage perdure et l’on voit bien que maintenant, les artistes sont de moins en moins nombreux à sortir des albums ou des DVD. En prenant cela en compte, nous allons vendre nos produits directement dans les quartiers et pas forcément chez les disquaires via un réseau de distribution comprenant des volontaires, travaillant aussi de bouche à oreille.»

 

C’est bien parti…