• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Smy, une chanteuse qui «Dres papie»

Un tout premier single, après un long cheminement. Le 8 juillet, Smy, de son vrai nom Smyrna Jaunbocus, une Mauricienne vivant en Angleterre depuis neuf ans, a sorti son tout premier single, du nom de Dres papie, sur les plateformes digitales habituelles. Une incursion très mauricienne mais aussi très afrobeat et très tendance, où il est beaucoup question d’amour. Récit d’un parcours qui a pris son temps…

«Je viens d’une famille très musicale, avec des parents qui m’ont partagé cet amour de la musique. C’est donc tout naturellement que j’ai commencé à chanter lors d’activités à l’école. J’ai même participé à un radio-crochet dans ma jeunesse, j’étais aussi dans la chorale du Conservatoire François Mitterrand, où j’ai rencontré plusieurs autres musiciens et chanteurs», raconte la mère de famille.

 

Hélas, à 20 ans, sa vie bascule. Alors qu’elle vient tout juste d’accoucher, elle est diagnostiquée d’une tumeur au cerveau. S’ensuivent une opération et une longue remise en forme, tout en s’occupant de son enfant. «Je me suis consacrée à mes priorités, mon enfant, ma vie de maman et, bien sûr, ma santé. Mais je savais qu’au fond, j’allais finir, un jour ou l’autre, par revenir vers la musique, d’autant que celle-ci a joué une grande part dans mon rétablissement», confie Smy.

 

C’est donc cette année qu’elle fait son come-back musical, lorsqu’elle écrit Dres papie. «Certes, je suis une maman à plein temps mais je pense qu’il était temps que je m’occupe aussi de moi et de ce qui me passionne. C’est donc un retour aux sources, avec un morceau que je voulais mauricien mais aussi tendance, qui pourrait se faire entendre et apprécier dans le maximum d’autres pays.»

 

Du coup, notre interlocutrice s’entoure bien pour cette première incursion musicale : son ami de longue date Shailend Hurr à la production, aux arrangements musicaux, au mixage final, au clavier et à la guitare solo ; l’époux de la chanteuse, Adam Jaunbocus, au Management ; Melwin Sarangue (Rodrigues) à la guitare ; Aron Turcsaniy (Hongrie) à la basse ; Federico Gucciardo (Italie) à la batterie ; Emmanuel Bayode (Nigeria) à la trompette ; et Mike Hillier au mastering au Metropolis Studio, à Londres.

 

Le plein de monde pour un résultat que l’on vous conseille d’écouter. À retrouver sur les plateformes digitales !