Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

Quand Jean-Paul Mussoodee raconte «L’Absence»

Le photographe a ressenti toute sortes d'émotions lors de ses virées pour prendre les clichés.

Ce photographe chevronné et polyvalent (mode, musique, social) propose depuis peu son projet dans la nouvelle maison d’édition Barlizour. L’Absence est un livre comprenant des photos qui témoignent du vide du confinement, avec aussi les mots de Stephan Rezannah. Le photographe se confie. 

Le déclic : «On a eu le déclic la veille du confinement à Maurice, soit le 19 mars, lors d’une conversation avec Stephan Rezannah. En se disant que ce serait bien d’aller à la chasse d’images pour raconter notre île en période de confinement, un fait inédit à Maurice.»

 

Les difficultés : «Il y a eu la complexité de trouver le Work Permit dans un premier temps. Ça s’est fait avec une ONG qui distribuait des repas aux personnes malades et handicapées. C’est lors de ces sorties de distribution de repas que j’en ai profité pour faire un maximum de photos à travers l’île. Il nous fallait aussi trouver le financement pour l’impression, après l’écriture et le montage. Dans la conjoncture actuelle, les sponsors sont rares, d’où le système de prévente du livre. Ce n’est pas encore gagné mais on prévoit la sortie du livre pour juillet.»

 

Les sentiments sur le terrain : «Il y a une forme d’appréhension, de peur de sortir et de s’aventurer aux quatre coins de l’île. C’est une prise de risque mais ça valait la peine. Faire face à ces villes et villages vides de monde, un univers fantôme auquel je ne suis pas habitué. On est envahis par plusieurs sentiments à la fois. Bouleversés par cette situation mais aussi époustouflés par la beauté de notre île, nos plages vides, les rues qui respirent. Et surtout l’absence de pollution.»

 

Les autres projets : «Il y a le projet de la biographie de Ziskakan pour les 40 ans du groupe réunionnais, qui sort en octobre. C’est un projet qu’on a commencé en janvier, avec Nicolas Bastien-Sylva, Emilien Jubeau et Stephan Rezannah. Après, je travaille sur une collection sur le patrimoine tangible et intangible de notre île. Avec Edision Barlizour, il y a plusieurs projets de livres en gestation. Mais la priorité reste le livre de Ziskakan dont le lancement est prévu pour le 28 octobre à La Réunion, lors de la Semaine Créole, et début novembre à Maurice.»

 

L’Absence est en prévente à Rs 1 000. Passez votre commande par message privé sur Facebook sur la page des éditions Barlizour ou par mail à l’adresse suivante : info@barlizour.com.