• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Quand Giovani Ayassamy ouvre ses classes de batterie

Le batteur veut partager sa passion de façon efficace et moderne.

Et «il tape, tape, tape»… sur ses instruments. Et souhaite que d’autres s’y mettent aussi. Le batteur Giovani Ayassamy est de retour à Maurice depuis environ cinq mois, après une carrière de plusieurs années en Chine. Le jeune homme, musicien depuis 13 ans, veut désormais partager sa passion avec le plus grand nombre.

 

Ainsi, il propose depuis peu des classes de batterie à des jeunes chez lui, à Curepipe. Dans quelque temps, il offrira d'autres cours. Cette fois à Albion, où il aménage actuellement un nouvel espace de musique. De retour dans son île, il a dans son coeur une belle aventure au sein d'une international band (qui l'a contacté après être tombé sur une vidéo où il se produit à la batterie) : «Jouer en Chine était un vieux rêve. J'y ai côtoyé de grands musiciens, d’excellents musiciens, confie notre interlocuteur. Mais le rêve s'est estompé, avec une envie plus forte d'apprendre et de partager. D'où l'idée de me lancer dans ces classes, où j’enseigne la batterie, la percussion, la musique, tout simplement.»

 

L'amoureux de la batterie qui s'amusait, petit, à fabriquer cet instrument avec des touks (faute de pouvoir s'en payer une), propose sa formation à raison d’une classe par semaine : «Les emplois du temps sont flexibles», précise-t-il. Les classes sont personnalisées, explique celui que ses amis appellent affectueusement Popo et qui a aussi connu le circuit hôtelier. «Mes leçons sont en one-on-one. Je m'occupe de chaque élève individuellement. Ensuite, je m'adapte à leurs envies. Ils viennent souvent avec des morceaux tendance qu'ils veulent à tout prix apprendre. Et en leur apprenant les chansons qu'ils aiment, je capte leur attention, ils sont motivés, et en même temps, ils apprennent à jouer !»

 

Le jeune homme de 29 ans n’oublie pas pour autant ses projets musicaux ; il sera notamment au Caudan Arts Centre le mois prochain pour le concert que prépare la chanteuse Anne Ga. Sinon, si voulez apprendre la batterie, les percussions et la musique, vous pouvez contacter Giovani Ayassamy sur la page Facebook Vinn Zwe Batri qui a déjà récolté plus de 350 likes.

 

C’est qu’il est sur une bonne lancée, Popo !