• Groupe Jeunes Solidaires : Pour redonner espoir à La Valette
  • Des enfants de la balle sur les pas de leur père
  • Hippisme 31e journée | Henry Tudor résiste à Big Mistake
  • Quand la campagne se vit en famille
  • Naziha Mestaoui : «La nature n’est pas extérieure à nous, on en fait intégralement partie»
  • Femmes candidates : le prix de l’engagement
  • Elle aurait été battue à mort par son compagnon : l’enfer de Sorenza René raconté par sa grand-mère
  • Lal Kaptaan : Saif Ali Khan dans la peau d’un saint
  • Nazmah Rummun tuée par son fils : Leur entourage entre choc et interrogations
  • Joker : immonde et acclamé

Quand «Avengers : Endgame» bouleverse les fans  

La bagarre, l’émotion, pour un final pas possible.

Des larmes, des batailles et, surtout, un public qui n’en revient toujours pas. Les Mauriciens et toute l’humanité n’ont pas été insensibles au dernier volet d’Avengers. Paroles de fans encore visiblement sous le choc… Sans aucun spoiler !

Sans voix. Encore en train de process. Sous le choc. Bouleversés. Ou encore émerveillés. Il n’a suffi que de trois heures pour qu’une vague d’émotions submerge ceux qui sont allés voir Avengers : Endgame, mettant en scène le fin mot de l’histoire des Avengers (Thor, Hulk, Captain America, Iron Man, Black Widow, Black Panther, Captain Marvel et tellement d’autres) contre le surpuissant Thanos. Ces cinéphiles ont remis leurs idées en place pour nous donner leur avis sur ce long-métrage qui est carrément en train de défoncer les salles obscures mauriciennes…

 

Nicolas Jean Abel, grand follower des films et comics Marvel, semble être revenu d’un voyage tortueux. La dernière «Marvellerie» lui a enlevé les mots de la bouche pendant 24 heures au moins. Il se reprend : «Je suis parti voir Endgame en m’attendant à une baston épique de deux heures. Je suis ressorti la gorge nouée et le cœur gros. Endgame attaque là où on l’attend le moins, une suite complètement à l’opposé de la première partie et qui joue plus sur les émotions, les personnages et récapitule dix ans de films Marvel pour rendre un dernier hommage à l’équipe originale des Avengers dans un final divin et émotionnellement percutant. Je suis toujours abasourdi mais complètement satisfait de ce que j’ai vu… Un chant du cygne magistral.»

 

Frédéric Lamarque, lui, a assisté à une séance privée destinée aux employés de la compagnie Swan. Pour l’occasion, ce cosplayer de 28 ans a revêtu son costume de Thor, sans oublier le gros marteau. Et bien sûr, le connaisseur de l’univers Marvel s’est régalé avec Endgame : «J’étais émerveillé par les scènes d’action et le final grandiose, d’autant que c’est une longue histoire que nous suivons depuis longtemps. L’émotion était donc bien là. J’étais aussi bouleversé et choqué mais je risque de trop en dévoiler, donc…»

 

Même son de cloche du côté du graphiste et musicien Joel Ramdoo, grand habitué des comics qui regarde les films du Marvel Cinematic Universe avec un œil très avisé. «Endgame est un aboutissement car on a tous grandi avec ces personnages», confie-t-il. «La conclusion est vertigineuse, je n’ai pas senti les trois heures passer, les personnages sont traités avec respect et les parti pris narratifs et visuels sont surprenants. Pour les fans de la saga, c’est un must.»

 

Quant à Kirty Konjbeeharry, enseignante, elle évoque une girl power bienvenue dans cet univers : «Une fin en apothéose ! On n’aurait pas pu faire mieux. Ça vous tient en haleine jusqu’au bout ! Le film a vraiment respecté les personnages et réinventé le monde des super-héros. La présence de personnages féminins est franchement rafraîchissante. En un mot, c’est époustouflant», lance la jeune femme.

 

D’autres parlent carrément d’un «monument du cinéma», à l’instar de Keven Mangalum. «Si les frères Russo nous emmènent au sommet des montagnes pendant les premières deux heures, le dernier tiers nous entraîne dans une chute vertigineuse avec un final d’un impact marqué au fer rouge. Jubilatoire. Entre scènes de bravoure, de revanche et à faire tomber la mâchoire, l’acte trois entre dans l’histoire de l’épique à côté de la bataille de Zion dans Matrix Revolutions et celle de Pelennor Fields dans Le Retour du Roi. Endgame n’est, certes, pas exempté de défauts mais c’est pour moi une réussite quasi complète. Le Marvel Cinematic Universe conclut un monument du cinéma», confie celui qui exerce le métier de sérigraphe.  Autant de raisons de faire la longue queue dans quasiment toutes les salles de l’île pour vivre une vraie apothéose, à en croire nos interlocuteurs.

 


 

On a aussi trouvé top !

Nous avons aussi beaucoup apprécié Avengers : Endgame. Et pour ne pas gâcher votre plaisir, on va juste dire que ce sont trois heures remplies de surprises, avec un des plus ambitieux scénarios de Marvel de ces dix dernières années. Le dernier tiers tient du fantasme de geek, avant de vous asséner des coups de marteau (pas celui de Thor) qui vont vous transformer en fontaines ambulantes. Voilà, c’est dit, maintenant direction les salles de cinéma !