• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Plan d’action pour le secteur créatif  : les artistes espèrent mais s’interrogent

Cindia Ameerally, Gaston Valyden et Nirveda Alleck espèrent...

En début de semaine, le ministre des Arts et du patrimoine culturel, Avinash Teeluck, a fait connaître son plan post-Covid-19 pour le secteur créatif. Des mesures qui incluent des concerts et pièces de théâtre enregistrés pour diffusions sur la MBC, des expositions virtuelles et l’acquisition d’œuvres. Tout cela avec rémunérations pendant une période de six mois. Premiers avis. 

Stephan Rezannah (producteur de musique) : «Je trouve ce plan très intéressant, même si je me pose des questions : quel est le montant global pour ce plan ? Qu’en est-il des prestataires pour le son et la lumière ? Quel est le nombre d’artistes qui pourra être sur scène ? Les rémunérations seront-elles les mêmes pour un groupe que pour un seul artiste sur scène ?» 

 

Nirveda Alleck (artiste peintre et plasticienne) : «Ce plan crée une belle dynamique. Je voudrais que cela continue au-delà de cette période de six mois, avec aussi des ajustements sur les formules proposées, et que le tout soit bien évidemment équitable et englobe tous les artistes mauriciens, pas seulement une petite poignée.»

 

Cindia Amerally (chanteuse et artiste d’hôtel) : «Je suis à la fois contente et déçue. Contente parce que, oui, le ministre est venu de l’avant avec un plan. Mais déçue parce que, mise à part la prestation au théâtre Serge Constantin, je n’ai pas vu plus pour les artistes d’hôtel. La rémunération est, certes, bienvenue mais ce n’est pas suffisant pour un artiste qui a une famille. La solution serait d’avoir un bon référendum ou une ligne de communication avec les artistes d’hôtel. J’espère qu’il y aura un bon fine tuning en ce sens.»

 

Gaston Valayden (comédien et metteur en scène de théâtre) : «Je trouve ces mesures intéressantes, du moins pour la partie théâtre. Bien sûr, je pense qu’il y aura des améliorations et des amendements par la suite mais c’est déjà pas mal. Par contre, je voudrais savoir comment ça se passera pour ceux qui ont eu leur projet approuvé par le National Arts Fund mais qui n’ont pu jouer à cause de la Covid-19.»

 

Amarnath Hosany (écrivain de livres pour la jeunesse) : «Si tout cela se concrétise, ce serait bien, d’autant que, dans le passé, plusieurs sont venus avec des plans d’action pour promouvoir la lecture. On espère que cette promotion se fera comme il se doit cette fois.» 

 

Les interrogations des artistes sont nombreuses. L’attachée de presse du ministère des Arts et du Patrimoine culturel, que nous avons contactée à ce sujet, explique que plusieurs mises à jour seraient à venir. Si, pour le moment, il n’y a qu’un numéro et un mail disponibles pour des renseignements et des prises de contact, le ministère travaille aussi sur un système de fiche d’application pour ce plan.

 


 

Les mesures en points

 

- Concerts en ligne à huis clos au théâtre Serge Constantin, sur une base hebdomadaire, suivis d’une diffusion à la MBC. Durée maximale : 30 min. Support financier de Rs 60 000.

 

- Théâtre en ligne, toujours au théâtre Serge Constantin, sur une base mensuelle, basée surtout sur les textes littéraires étudiés en SC et HSC. Diffusion sur la MBC. Rémunération à hauteur de Rs 200 000.

 

- Les artistes d’hôtel pourront aussi profiter de cette salle pour des prestations semblables aux concerts. Ils seront rémunérés à hauteur de Rs 40 000. 

 

- Révision des aides pour les productions d’albums sur CD et DVD : Rs 40 000 pour l’album et Rs 20 000 pour le support visuel. Minimum de cinq titres pour 15 minutes au moins.

 

- Idem pour la sortie d’un single : Rs 10 000 pour sa réalisation et Rs 10 000 pour le support visuel.

 

- Lil Moris nou kiltir, nou talan, émission TV pour découvrir les artistes émergents et le patrimoine culturel local.

 

- Des formations artistiques en ligne, en collaboration avec des écoles de danse. Une plateforme qui prendra la forme d’une application mobile. Les artistes seront rémunérés pour leurs services. De plus, le ministère pense offrir des cours gratuits dans d’autres domaines : musique, percussions, peinture, etc.

 

- L’application mobile profitera aussi du storytelling en ligne, avec des animations, pour les enfants, avec le support des centres de lecture publics et d’animation culturelle.

 

- Des échanges littéraires via une émission TV, avec des pédagogues pour analyser des textes enseignés à l’école.

 

- Acquisition des œuvres des auteurs locaux à raison de Rs 25 000 par auteur.

 

- Acquisition des œuvres d’art plastique et de peintures avec rémunération.

 

- Publication d’une anthologie sur le coronavirus en format e-book via un appel vers des auteurs qui seront rémunérés entre Rs 5 000 et Rs 10 000.

 

- Salons et expositions virtuels de peinture et photographie, via le support financier du National Arts Fund pour les artistes.

 

- Promotion du Street Art via 40 sites à travers l’île.

 

- Visite virtuelle des sites du patrimoine comme Le Morne ou l’Aapravasi Ghat.

 

Un help desk a été mis à disposition :
Tel. 213 4233 / 214 2173 (de 9 heures à 16 heures)
E-mail : machdesk@govmu.org
Le ministère prévoit également une révision des Copyright Fees à la Mauritius Society of Authors et un drafting du Status of Artist Legislation dans les semaines à venir.