• Ashar Sobratee condamné à 39 ans de prison pour le meurtre d’Ayaan, 2 ans - Adil, le père du garçonnet : «Aucune sentence n’apaisera ni mon chagrin, ni ma colère !»
  • Boulangers : après les menaces, l’espoir
  • Débats budgétaires : un marathon houleux
  • Michael Lalljee nous ouvre les portes du «Gardien du Robinet d’Or»
  • Vidéos montrant des tortures policières : lueur d’espoir pour Krishna Seetul et David Jolicoeur
  • Décès de Gilbert Rousset : poignants adieux à une grande figure du turf
  • Chair2chair : la santé mentale au cœur de l’action
  • Naomi Buan & Cyril Rasoamanana : en attendant de passer le flambeau aux prochains Gold Faces…
  • Salam mister Joe !
  • Les Komiko ont leur site pour voir toutes leurs productions !

Patrimoine : le nouveau voyage dans le temps audiovisuel du Sapin

Autant d'artistes qui ont joué tout récemment sur la scène du lieu à Camp-Levieux.

Un nouveau défi mais surtout de belles découvertes à venir. Le Sapin Café Culture, toujours sous une forme virtuelle pour le moment, a rouvert la baz de Camp-Levieux pour l’enregistrement de plusieurs vidéos musicales sur un concept qui mélange présent et passé. Le point avec Yann Durhone, l’un des frères du Sapin (avec Yannick), tête pensante du projet. 

De belles rencontres naissent de belles idées. En tout cas, Le Sapin Café Culture est plus que jamais d’actualité avec son revival virtuel qui entame un autre tournant avec des vidéos live enregistrées au Sapin, à Camp-Levieux, où l’on retrouve les bons vieux décors qui nous rappellent d’excellents moments passés en ces lieux. Et pas n’importe quelles vidéos puisque toute cette série (huit en tout sont prévues) est intitulée Patrimoine. En d’autres termes, il est question de chansons d’antan, méconnues ou oubliées, reprises par de jeunes artistes. Notamment Ilario Armel, Lionkklash, Chris Matthieu, Zion, Mika Ramsamy et Giovani Grégoire, qui vont interpréter des chansons de Julien et les Vautours, Micheline Virasawmy, Babalé, entre autres.

 

Comme un passage de flambeau, nous explique Yann, l’un des deux frères Durhone responsables du Sapin : «Je pense que toute cette idée a commencé avec, à l’époque, feu Marclaine Antoine qui avait eu une conversation avec moi dans ce sens. On a vu qu’il était juste dommage que plusieurs jeunes artistes ne connaissaient pas des morceaux qui étaient populaires à un moment mais qui sont tombés dans l’oubli. Encore mieux, pourquoi ne pas justement laisser ces jeunes artistes en question, non seulement découvrir ces chansons mais se les approprier ? Avec ce reboot du Sapin, je pense que le concept était juste propice en cette période où l’on voit aussi qu’il y a pas mal de jeunes artistes qui en veulent.»

 

Si, au début, Le Sapin a opté pour une approche avec enregistrement sur téléphone portable, les prestations montreront qu’il faut donner plus de logistique à l’ensemble. Et cela conforte Yann Durhone pour la suite : «Cette chaîne Patrimoine est lancée, on voit qu’il y a un engouement du côté des jeunes artistes, ce qu’il faut maintenant, c’est diversifier un peu plus la proposition. Par la suite, on voudrait bien, par exemple, toucher à des patrimoines et cultures plus spécifiques, comme les musiques orientales.»  

 

N’oublions pas que Le Sapin est en train d’avancer dans les autres sphères qu’il a mises en place pour son reboot virtuel, comme l’éducation et les films/documentaires. Sinon, les vidéos Patrimoine, et celles à venir, sont et seront disponibles sur les pages Facebook et Instagram de Le Sapin Café Culture.