• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

No Time To Die : Daniel Craig, un dernier «James Bond» pour la route

Le film dont l'avant première s'est tenue à Londres réunit aussi Ana de Armas, Lashana Lynch et Léa Seydoux.

Le film tant attendu par les cinéphiles est dans nos salles. L’agent spécial 007 vous attend pour de nouvelles aventures aussi palpitantes que dangereuses…

Attention, restez sur vos gardes ! Dans le monde de l’agent 007, l’atmosphère est plus qu’hostile. On y est constamment sur un terrain miné, là où la vie ne tient qu’à un fil. Heureusement que l’agent secret le plus populaire de la planète est là pour nous protéger…

 

Après plusieurs reports, à cause de la pandémie de Covid-19, James Bond est de retour sur le grand écran dans No Time To Die (Mourir peut attendre en français) de Cary Joji Fukunaga. Cette 25e aventure cinématographique de James Bond produite par EON Productions met en scène Daniel Craig qui incarne pour la cinquième et dernière fois ce personnage mythique du cinéma américain. L’acteur, qui avait succédé à Sean Connery et Pierce Brosnan, a joué ce rôle dans Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall et 007 Spectre.

 

L’intrigue de ce nouveau volet se déroule cinq ans après les derniers événements où James Bond avait réussi à capturer son ennemi juré, Ernst Blofeld (Christoph Waltz). Désormais à la retraite, l’ex-agent secret profite d’une vie tranquille aux côtés de Madeleine Swann. Mais son répit est de courte durée car l’agent de la CIA, Felix Leiter, fait appel à lui afin de retrouver un scientifique disparu.

 

Évidemment, cette mission ne sera pas aussi simple et sans danger car James Bond verra surgir de l’ombre un adversaire redoutable, Lyutsifer Safin, qui a créé un virus mortel. Et pour couronner le tout, notre agent très spécial est surpris d’apprendre que son matricule a été attribué à un autre agent, Nomi (Lashana Lynch), pendant
son absence.

 

Au niveau de la distribution, No Time To Die regorge de visages familiers. Il y a bien sûr l’ancien entourage professionnel de Bond, du patron du MI6, M (Ralph Fiennes), à la diligente Eve Moneypenny (Naomie Harris), sans oublier le petit génie informatique et technologique Q (Ben Whishaw).

 

Bref, un petit monde très sympathique qu’on retrouve avec plaisir dans cette nouvelle saga.

 


 

Petites anecdotes

 

Il s’appelle Bond. James Bond. Mais savez-vous d’où vient ce nom ? Ian Fleming, le père des aventures de 007, a choisi ce nom en hommage à un ornithologue américain, James Bond.

 

Le tout premier James Bond est incarné par Sean Connery ? Eh bien non ! En 1954, la chaîne américaine CBS diffuse le 3e épisode de la série télévisée Climax. Et cet épisode est adapté d’un roman de Ian Fleming, Casino Royale. C’est la première fois que James Bond apparaît sur un écran, sous les traits de l’acteur Barry Nelson, que l’on verra également dans Shining, de Stanley Kubrick, dans le rôle du directeur de l’hôtel Overview.

 

Une anecdote inédite se cache aussi derrière le générique du film, où l’on voit l’agent secret marcher en étant vu à travers le canon d’une arme, avant de dégainer celle-ci et de tirer. Mais saviez-vous que dans les trois premiers génériques de la saga, James Bond 007 contre Docteur No, Bons baisers de Russie et Goldfinger, ce n’est pas Sean Connery que l’on voit dans le générique ? La silhouette est celle de Bob Simmons, la doublure de Connery, qui l’a remplacé car l’acteur n’était pas libre le jour du tournage de cette séquence qui allait devenir légendaire.