• Ashfaq Allgoo & Dubjoy : Un duo au cœur de l'événementiel
  • Gully Boy : Sur les traces d’un rappeur
  • MTC – Assemblée Générale Élective | Paul France Tennant vise un deuxième mandat consécutif
  • Richard Fricot : Nou Baz, son aventure des saveurs
  • Chagos | Olivier Bancoult : «Nous ne baisserons pas les bras»
  • Double noyade à Flacq | Franky Veerasamy : «Comment j’ai perdu deux de mes frères scouts»
  • Violence chez les jeunes : Des parents angoissés racontent le calvaire de leurs enfants victimes
  • Première défaite de Manchester Utd : Le métier rentre pour Solksjaer
  • 5-Plus dimanche lance et projette ce 21 février
  • Rama Valayden : «Je suis plus que jamais pour la légalisation du cannabis !»

Nin’s, le slam et le show

Trois jeunes qui ont relevé le défi de la scène.

Liberté, égalité, fraternité. 18 jeunes ont proposé un spectacle de slam sur ce thème le samedi 26 janvier, au théâtre Serge Constantin. Une initiative de la marque de serviettes hygiéniques Nin’s dans le cadre de sa campagne pour la femme.

 

Trois d’entre eux parlent de leur expérience, notamment des deux semaines de préparation avec le slameur Ziad Peerbux (Cheb El) après un appel à candidature sur la page Facebook de Nin’s, où les candidats devaient envoyer une vidéo ou un fichier audio. Il y a d’abord Rebecca Philippe, 26 ans, qui bosse dans la comptabilité. C’est une première pour elle : «J’aime écrire et lire mais là, c’était d’une autre intensité. C’était très émouvant de rencontrer tous ces gens, de faire ce parcours avec eux et d’extérioriser tous mes sentiments sur ce thème qui me tient à cœur.» 

 

D’autres ont vaincu leur timidité et rempli le défi de monter sur scène devant la foule pour scander des mots. À l’instar d’Hanaa Bawania, 20 ans. «Avant, je me servais du slam pour me rappeler des textes littéraires à l’école. Maintenant, le slam me permet de faire de belles rencontres, de parler et conscientiser sur la condition féminine», nous confie cette étudiante en Lettres à l’Université de Maurice.

 

Le spectacle de slam a aussi été un défi pour des habitués, comme Sébastien Sirop, enseignant de 27 ans, qui a fait ses armes «slameuses» avec Cheb El et Jamel Colin. «Je parle souvent de moi et de mon environnement dans mes slams. Mais là, c’était sur un sujet, en plus très sérieux, et qui nous touche tous.»

 

Des mots pour lutter contre les maux…