• BuYoung Lee, coréenne jazzy
  • Tir à l’arc : Deuxième succès consécutif pour Babet
  • Sharon Autard et Daryl Maingard : une histoire de (la) principauté
  • Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy | Procès rétro énergiques
  • Il dédède après un hit-and-run : Les proches de Sookraj Kanaram veulent la vérité
  • Assurance automobile : Bonus-malus : mais c’est quoi ce truc ?
  • Bike Track Adventures : en piste pour le vélodyssée !
  • Pour changer d’«hair» avec Mathieu Chavree
  • Franck Dubosc : «Quand on parle vacances, c’est l’île Maurice» 
  • Khalillah Chady meurt 39 jours après une sortie de route | Sa fille Benazeer : «Elle pensait qu’elle finirait par aller mieux»

Nicky Larson et le parfum de Cupidon : Celui qui ne craint personne est «on»

Les fans du dessin animé devraient aimer (ou pas) la tête des personnages en live.

Il ne craint personne et sort de nos vieux écrans de télévision pour atterrir dans nos salles. Mais qui ? Ben, Nicky voyons !

«Une ombre file dans la nuit, c’est un assassin qui s’enfuit. Et comme un démon…» Nombreux sont ceux qui connaissent par cœur le générique de Nicky Larson, série animée qui a bercé l’enfance de pas mal de Mauriciens, sans oublier une diffusion actuelle sur quelques chaînes satellitaires. Vous risquez encore d’entonner le morceau de Jean-Paul Cesari en allant dans les salles, puisque voilà Nicky Larson et le parfum de Cupidon.

 

Tout un programme vous attend avec l’un des gardes du corps les plus célèbres. Car Nicky, toujours avec Laura et Mammouth dans le coin, doit récupérer le parfum de Cupidon, qui rend irrésistible son utilisateur…

 

Le réalisateur Philippe Lacheau, très en vogue depuis le succès de Babysitting, accomplit ici un rêve d’enfant, en adaptant le fameux dessin animé popularisé par l’inévitable Club Dorothée. On sent donc l’amour du réalisateur/acteur pour le dessin animé derrière chaque plan, avec tout ce qu’il faut de gags pas tout le temps drôles et de scènes d’action. De plus, le scénario a été approuvé par le créateur du manga originel, le bien nommé Tsusaka Hojo, qui proposait tout de même une approche plus adulte mais tout aussi hilarante dans ses mangas.

 

Donc, si la fibre nostalgique vous prend, si les gros marteaux de Laura vous manquent, si vous voulez voir Pamela Anderson et Dorothée dans un même film, si vous voulez autre chose que l’adaptation avec Jackie Chan sur un bateau, goûtez donc au parfum de Cupidon. Allez, tous ensemble : «Dans la chaleur de la nuit, le mal est toujours puni…»